Archives des actualités - 2014

16 janvier 2014 : Invitation à la conférence de presse du lundi 20 janvier

A l’occasion du premier anniversaire de la condamnation de Pinar Selek et avant la visite d’Etat du Président de la République François Hollande en Turquie, le collectif de solidarité et le comité du soutien universitaire avec Pinar Selek vous invitent à une conférence de presse qui aura lieu :

le lundi 20 janvier à 11h00

au Centre socio-culturel de l'Esplanade (ARES)

10 Rue d’Ankara 67000 Strasbourg

Cette conférence de presse se déroulera en présence de Pinar Selek, de sa sœur Seyda Selek qui est également l’une de ses avocates, des membres de la délégation qui étaient présents au procès de Pinar Selek devant la 12ème chambre de la Cour pénale d’Istanbul le 24 janvier 2013 ainsi que des élu(e)s et des représentant(e)s de la société civile.

Tout en formulant l’exigence que la justice turque confirme définitivement les acquittements déjà prononcés et que Pinar Selek puisse à nouveau circuler librement et poursuivre ses recherches, cette conférence de presse nous permettra de faire le point sur la situation intolérable que vit Pinar Selek et sur les développements récents de cette affaire.

La Campagne « 10 000 lettres pour l’acquittement de Pinar Selek » est toujours ouverte !

Contacts pour le collectif de solidarité :

Muharrem Koç : muharrem.koc@astu.fr

Irène Tabellion : irene.tabellion@wanadoo.fr

Contacts pour le comité de soutien de l’Université de Strasbourg :

Pascal Maillard : pas.maillard@orange.fr

Armelle Tanvez : armelle.tanvez@unistra.fr

 

Affaire Pinar Selek : espoir et prudence

Les membres de la délégation française qui ont assisté au procès à Ankara (Turquie) ainsi que le Collectif de solidarité et le Comité de soutien universitaire se sont exprimés lors d’une conférence de presse ce vendredi 2 mai. Ils ont partagé leur ressenti sur l’ambiance - mobilisée et pacifiste - lors de ces quelques heures. L’affaire Pinar Selek était le douzième dossier traité par la Cour sur les douze de la journée et les discussions ont duré plus de trois heures. Pour la première fois depuis les seize années que durent cette histoire, l’assistance a senti que la défense a été écoutée, prise en considération. Le verdict sera rendu le 11 juin. Ce qui laisse aussi beaucoup d’espoir quant à sa décision. Cependant, la délégation reste prudente : « Nous osons espérer, car nous avons senti une grande attention lors de la séance mais nous ne sommes pas naïfs ».  Si le verdict est favorable, un nouveau procès aura lieu.

Édouard Mehl, vice-président Sciences en société a rappelé le sens de l’engagement de l’Université de Strasbourg auprès de Pinar Selek qui donne un visage au combat pour les droits de l'homme en Europe, pour la liberté de la recherche en Europe.

24 avril 2014 : Pinar Selek : la Cour de cassation d’Ankara se prononcera le 30 avril

Le 30 avril prochain, la 9e chambre de la Cour de cassation d’Ankara  rendra sa décision suite à l’appel interjeté par Pinar Selek de la décision rendue le 24 janvier 2013 par la 12e Cour pénale d’Istanbul qui la condamnait à la prison à perpétuité.

Quatre membres de la communauté universitaire strasbourgeoise effectueront le déplacement pour assister à cette audience, aux côtés d’une délégation de  son comité de soutien national, d’élus de la Ville de Strasbourg, et de sa défense.

L’université entend marquer son soutien à Pinar Selek, qui a brillamment soutenu à Strasbourg une thèse en Sciences Sociales le 7 mars dernier, après avoir reçu en 2013 le Doctorat honoris causa de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon.

L’Université de Strasbourg rappelle également que la recherche scientifique ne  peut être sujette à aucune prescription ou restriction de son domaine d’exercice  sans que ne soit porté atteinte, par là-même, au principe de la liberté académique sur lequel repose l’institution universitaire. Pinar Selek féministe et antimilitariste vit à Strasbourg depuis 2011.

La délégation de la communauté universitaire Strasbourgeoise :

  • Edouard Mehl, vice-président sciences en société de l’Université de Strasbourg
  • Jean-Pierre Djukic, directeur de recherche au CNRS
  • Adeline Wintzer, étudiante à l’Université de Strasbourg
  • Jimmy Losfeld, étudiant  àl’Université de Strasbourg

11 juin 2014 : espoir pour Pinar Selek

La 9e cour de cassation d'Ankara vient d'annuler, ce mercredi 11 juin, le jugement de condamnation à perpétuité de Pinar Selek. La cour de cassation a estimé qu'il y avait eu trop d'illégalités au cours de son dernier procès en janvier 2013.
La sociologue turque, qui bénéficie d'un "asile académique" à l'Université de Strasbourg, n'en a pour autant pas fini avec la justice turque, malgré 16 années de procédure judiciaire. Son dossier va être renvoyé auprès d'une nouvelle cour d'assise. Néanmoins la décision de la cour de cassation redonne un espoir à tous ceux qui militent pour que justice soit faite à Pinar Selek.

Son comité de soutien organisait ce jour un moment d’échange avec elle, en direct et en visioconférence depuis l’Ecole normale supérieure de Lyon où elle se trouve actuellement. Un moyen de lui permettre de partager quand-même cette bonne nouvelle avec la communauté universitaire strasbourgeoises, son président Alain Beretz, des élus de Strasbourg et de la communauté urbaine et des journalistes de la presse locale.

Tout en disant son bonheur que la condamnation de janvier 2013 ait été cassée, ouvrant la porte à la possibilité d’un nouveau jugement dont on espère une meilleure issue, Pinar a redit son immense fatigue après 16 ans de bataille judiciaire. Elle a chaleureusement remercié tous ceux qui la soutiennent depuis toutes ces années et lui ont permis de continuer à lutter. Car sa lutte n’est pas terminée : son dossier va être renvoyé auprès d'une nouvelle cour d'assise et un nouveau procès se tiendra dans un délai de « 2 mois à 2 ans », comme l’a souligné Pinar, non sans humour. Elle a également réaffirmé son fort désir de rentrer en Turquie, dans son pays, après avoir obtenu un acquittement définitif.

De son côté, le président Beretz a rappelé qu’au-delà de la personne Pinar Selek, « ce sont les valeurs que son combat représente (liberté académique) que l’Université avec un grand U soutient de manière indéfectible ».

C.L.

3 octobre 2014 : Pinar Selek sera rejugée sur le fond en décembre

Le 5e procès de Pinar Selek, sociologue turque accusée par son pays d’acte terroriste et refugiée en France, s’est ouvert ce matin à Istanbul. A la demande de ses avocats, le tribunal a accepté de rejuger l’affaire sur le fond le 5 décembre. En attendant cette date, le mandat d’arrêt contre Pinar Selek est levé et le juge a reconnu l’annulation de la condamnation à perpétuité prononcée par la cour de cassation.

L’Université de Strasbourg était représentée à Istanbul par une délégation qui comptait notamment Mathieu Schneider, en charge de la vice-présidence Sciences en société, et Tommy Veyrat, étudiant et membre du comité de soutien à Pinar Selek.

5 décembre 2014 : le procureur reprend tous les chefs d’accusation qui pèsent sur Pinar Selek

Coup dur pour la sociologue turque Pinar Selek. Suite à l’ouverture de son 5eprocès en octobre dernier, son affaire devait être rejugée sur le fond. Ce matin, le nouveau procureur a repris tous les chefs d’accusation qui pèsent sur elle, sans argumenter. Il demande à nouveau une condamnation à perpétuité.

La défense dénonce l'absurdité d'un tel réquisitoire qui ne s'appuie sur aucun élément concret du dossier et ne tient pas compte des acquittements précédents. Ne pouvant plaider dans le vide et dans un temps contraint, les avocats ont demandé à exercer leur droit à la défense sur la base de l'ensemble du dossier. Ils veulent présenter leur plaidoirie qui démonte pièce par pièce toutes les preuves fabriquées par l'accusation lors de ces 16 années d'acharnement judiciaire. Le juge a pris acte de cette demande : un nouveau procès doit démarrer le 19 décembre 2014.
La délégation universitaire et le comité de soutien à Pinar Selek s’apprête à mobilier à nouveau pour assurer une présence au procès ce jour-là et « dire haut et fort que Pinar Selek n'est pas seule ! »

19 décembre 2014: Pinar Selek enfin acquittée par la justice turque

Depuis janvier 2013, la communauté universitaire strasbourgeoise s'est mobilisée aux côtés de Pinar Selek dans son combat pour la justice et sa liberté et plus largement l'indépendance de la recherche dans le monde. Aujourd'hui, la communauté universitaire partage le bonheur et le soulagement de la sociologue.

22 décembre 2014 : L'espoir aura été de courte durée pour Pinar Selek

La sociologue turque Pinar Selek a vu son espoir d'en finir avec ses soucis judiciaires dans son pays rapidement brisé. Le 19 décembre, elle était en effet acquittée pour la quatrième fois par un tribunal d'Istambul. Mais le procureur a fait appel de cette décision dès le 22 décembre, ce qui renvoie une nouvelle fois l'affaire devant la cour de cassation.
Pinar Selek va donc rester en France.

30 avril 2014 : nouvelle audience en appel dans l'affaire Pinar Selek

La Cour de cassation d'Ankara a examiné le pourvoi formé par les avocats de Pinar Selek après sa condamnation à la prison à perpétuité en janvier 2013. La décision sera rendue le 11 juin.

Quatre membres de la communauté universitaire strasbourgeoise, dont Edouard Mehl, vice-président Sciences en société de l’université, sont partis hier pour assister à cette nouvelle audience dans le procès de la sociologue et écrivaine turque réfugiée à Strasbourg, aux côtés de sa défense, d’une délégation de son comité de soutien national et d’élus de la Ville de Strasbourg. La 9e chambre pénale de la Cour de cassation d’Ankara examine en appel la décision de la 12e chambre de la Haute cour pénale d’Istanbul de condamner Pinar Selek à une peine de prison à perpétuité le 24 janvier 2013. 

Selon des informations transmises par Jean-Pierre Djukic, un des quatre membres de la délégation de l'Université de Strasbourg, l'audience a débuté à 10 h dans une salle qui ne pouvait accueillir que 30 personnes. Une transmission sur écran plasma a été mise en place dans le couloir. Pendant que la défense prenait la parole, Pinar Selek suivait son procès de Strasbourg. « Le procès a bien commencé, pas de tension avec la police. 300 personnes devant le tribunal. 50 personnes à l'intérieur. 5 ou 6 avocats doivent prendre la parole. Le premier avocat a posé des problèmes de vice de forme. Bonne écoute des juges. » Après la pause déjeuner, le père de Pinar, Alp Selek, a pris la parole. Les avocats de Pinar ont ensuite passé en revue les témoignages à charge extorqués sous la contrainte et ont démontré, photos à l'appui, l'incohérence des preuves matérielles (fragment de la bombe supposée). A 14 h, le jugement a été mis en délibéré au 11 juin.

Cet appel des avocats sur lequel statue la Cour suprême aujourd’hui constitue l’ultime recours avant une procédure devant la Cour européenne des droits de l’Homme. Ce combat que mène Pinar Selek depuis 16 ans pour la reconnaissance de son innocence fait de la sociologue turque un symbole de la liberté de la recherche et des valeurs académiques.

Pinar Selek, les membres de la délégation française qui ont assisté au procès ainsi que le Collectif de solidarité et le Comité de soutien universitaire s’exprimeront lors d’une conférence de presse qui aura lieu vendredi 2 mai 2014 à 12 h à l’ARES 10, rue d’Ankara à Strasbourg.

Documents à télécharger

Rappel des faits : Universitaire connue pour son engagement en faveur des droits des communautés vulnérables en Turquie, Pinar Selek est accusée, à tort, d’être responsable d’un attentat dans le bazar égyptien d’Istanbul le 9 juillet 1998 – des experts ont certifié depuis qu’il s’agissait en réalité d’une explosion accidentelle d’une bouteille de gaz – et d’être membre d’une organisation terroriste. Sur la base de ces accusations, elle a été maintenue en détention pendant deux ans et torturée pour avoir refusé de donner les noms des personnes interviewées dans le cadre de ses recherches. La 12e chambre de la Haute cour pénale d’Istanbul l’a acquittée à trois reprises en 2006, 2008 et 2011. Néanmoins, la Cour suprême a cassé la décision d’acquittement. Fin janvier 2013, la 12e chambre de la Haute cour pénale d’Istanbul a décidé de s’en remettre à la demande de la Cour suprême de reconnaître Pınar Selek coupable et de la condamner à une peine de prison à perpétuité.

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R