Licence

Spinoza et la critique de la métaphysique

  • Cours (CM) 24h
  • Cours intégrés (CI) -
  • Travaux dirigés (TD) 24h
  • Travaux pratiques (TP) -
  • Travail étudiant (TE) 90h

Langue de l'enseignement : Français

Description du contenu de l'enseignement

Justifications et contestations du droit de propriété aux XVIIe et XVIIIe siècles.

La propriété, qui désigne ce qui appartient « en propre » à un objet, renvoie également au droit d’usage exclusif qu’a un sujet sur une chose. Ce rapprochement reflète notre tendance à considérer la propriété sociale et privée comme une évidence naturelle : un fait anthropologique et un droit de l’homme. Une telle évidence ne peut pourtant se passer de justification ; l’acte d’appropriation mérite donc d’être soumis à l’interrogation philosophique. Quelle légitimité y a-t-il à revendiquer l’accès et l’usage exclusif de certains biens ? Cette question s’avère centrale dans la philosophie politique et sociale avant même les critiques socialistes. C’est sur le droit et la légitimité de la propriété privée que se fonde tout un modèle de société, dont découle une série de principes politiques – de la libre entreprise jusqu’à l’État de droit. Ce cours analysera l’élaboration des justifications de la propriété qui émergent au XVIe et XVIIe siècle (Suarez, Hobbes, Pufendorf, Grotius) jusqu’à sa théorisation par John Locke. Il tâchera alors de mettre à l’épreuve ces justifications en s’appuyant sur les nombreuses critiques qui leur ont été adressées, de Thomas More à Jean-Jacques Rousseau. Enfin, nous aborderons les héritages conflictuels du libéralisme politique lockéen qui restent jusqu’à nos jours un champ de lutte et de contradictions – de la question des biens communs à celle de la propriété intellectuelle.
Le TD lié à ce CM portera sur l’étude précise des textes abordés dans le cours – par l’intermédiaire d’explications en classe ou d’exposés. La bibliographie pourra être complétée en début de semestre.

Compétences à acquérir

Au terme de cette formation, l’étudiant est capable de s’orienter dans une période de l’histoire de la pensée, de restituer les thèses et arguments d’un auteur, de se décentrer des représentations communes, de chercher dans les systèmes de pensée du passé des outils pour penser le présent.
 

Bibliographie, lectures recommandées

Bibliographie indicative

*John LOCKE, Deux traités du gouvernement (1690), trad. Gilson, Vrin, 1997
*Jean-Jacques ROUSSEAU, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1755), Gallimard, 1969.
Hugo GROTIUS, Le droit de la guerre et de la paix (1625), trad. Barbeyrac, Paris, PUF, 2012
En particulier le livre II, chapitre II « Des droits communs à tous les hommes »
Thomas HOBBES, Le Citoyen (1642-1647), Paris, Flammarion, 1982,
En particulier le chapitre I de la section I, §§8- 12
Thomas MORE, Utopie (1516)
Étienne-Gabriel MORELLI, Code de la nature (1755), La ville brûle, 2011
Samuel PUFENDORF, Le droit de la nature et des gens (1732), trad. Barbeyrac, PUC, 2010
En particulier le livre IV, chapitre IV « De l’origine de la propriété des biens »

* Ouvrages à se procurer et à étudier en priorité

Contact

Faculté de Philosophie

7 RUE DE L'UNIVERSITE
67000 STRASBOURG
0368856460

Responsable


LICENCE - Philosophie

Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
Logo HRS4R