Licence

Morale et politique : Société, nature et politique : Marx, le travail et la terre

  • Cours (CM) 24h
  • Cours intégrés (CI) -
  • Travaux dirigés (TD) 24h
  • Travaux pratiques (TP) -
  • Travail étudiant (TE) 90h

Langue de l'enseignement : Français

Description du contenu de l'enseignement

Société, nature et politique : Marx, le travail et la terre

Le principal philosophe de l’école de Francfort, Theodor W. Adorno, avait mis au jour « la faculté qu’a la production de s’oublier elle-même », tout en étant « le principe d’expansion insatiable et destructeur de la société d’échange ». Il y aurait ainsi quelque chose comme une ruse de la production qui consisterait à se dissimuler derrière le travail et à entretenir la confusion entre elle-même et le travail. La théorie critique est victime de cette ruse quand elle aboutit à une « critique du travail » qui prend la place d’une critique de la production, c’est-à-dire d’une critique de ce que le capital fait au procès de travail quand il s’en saisit et le transforme pour le rendre productif.
La critique de la production – que le cours exposera en se fondant sur les acquis récents de l’éco-marxisme – visera à montrer comment le devenir productif des activités humaines de travail sous le capital perturbe, voire rompt la relation métabolique entre systèmes naturels et systèmes sociaux normalement assurée par le procès de travail. Cette « rupture métabolique » (metabolic Rift) explique que l’épuisement des forces naturelles de la terre et celui de la force humaine de travail soient simultanés sous le capitalisme et qu’ils ne puissent être interrompus sans que la logique productive du capital le soit également. D’un point de vue politique, cela semble signifier que la perspective d’une réorganisation de la société – historiquement associée au marxisme – ne serait désormais plus séparable de celle de la restauration d’une relation métabolique équilibrée entre les sociétés humaines et la nature qui rende à nouveau possible le renouvellement et l’entretien tant de la force humaine de travail que des forces extra-humaines de la terre, bases naturelles de toute vie sociale et conditions de la richesse.
Les séances de TD seront consacrées à la traduction et au commentaire de textes originaux de Marx en rapport direct avec le thème du cours.

Compétences à acquérir

Au terme de cette formation, l’étudiant est capable de mobiliser les outils conceptuels et théoriques pour se questionner sur des situations et des problématiques qui concernent l’existence individuelle et la vie des sociétés.

 

Bibliographie, lectures recommandées

Bibliographie :

En traduction :
  • Angus Ian, Face à l’anthropocène. Le capitalisme fossile et la crise du système terrestre, trad. N. Calvé, Préface d’é. Pineault, Montréal, éditions écosociété, 2018
  • Bellamy-Foster John, Marx écologiste, trad. A. Blanchard et alii, Paris, éditions Amsterdam, 2011
  • Malm Andreas, L’anthropocène contre l’histoire. Le réchauffement climatique à l’ère du capital, trad. é. Dobenesque, Paris, La Fabrique éditions, 2017
  • Marx Karl, Le Capital, Livre 1, trad. J.-P. Lefebvre, Paris, PUF, coll. Quadrige, 1993
  • Marx Karl, Le Capital, Livre 3, trad. A. Cohen-Solal, G. Badia, Paris, éditions sociales, 1977
  • Schmidt Alfred, Le concept de nature chez Marx, trad. J. Bois, Paris, PUF, 1994

En langue originale :
  • Bellamy Foster John, Burkett Paul, Marx and the Earth. An Anti-Critique, Chicago, Haymarket Books, 2017
  • Sieferle Rolf Peter, The Subterranean Forest. Energy Systems and the Industrial Revolution, Cambridge, The White Horse Press, 2001

Contact

Faculté de Philosophie

7 RUE DE L'UNIVERSITE
67000 STRASBOURG
0368856460

Responsable

Franck Fischbach


LICENCE - Philosophie

Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
Logo HRS4R