Étudiant en alternance : pratiquer la théorie et théoriser la pratique

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

09/04/14

Entreprise / partenaire Alumni 

Un petit déjeuner, organisé par la Mission apprentissage de la Direction des études et de la scolarité, s’est tenu fin mars pour informer et inciter les entreprises à accueillir en alternance des étudiants de l’Université de Strasbourg. Florian Weber, apprenti en licence professionnelle, et Marjorie Sins, apprentie en master 2, participaient également à cette rencontre. Retour sur leurs expériences pour inciter d’autres étudiants à suivre leurs pas.

Pourquoi des étudiants choisissent-ils une formation en alternance ? Florian Weber, apprenti en licence professionnel Énergies et conforts dans la société Schoeck France, avait déjà réalisé plusieurs stages sur des chantiers. « Je voulais vivre le travail en bureau d’études et acquérir une réelle expérience professionnelle. L’alternance facilite la transition entre le monde de l’étudiant et celui du travail. » Quant à Marjorie Sins, apprentie en master 2 Ingénierie de la formation et des compétences, chargée des ressources humaines chez Lilly, elle a fait tout son cursus en alternance. « J’ai commencé par un BTS assistante manager chez Alcatel-Lucent. Puis une licence Ressources humaines (RH) en alternance chez Brasseries Kronenbourg. J’ai ensuite effectué un titre professionnel niveau 2 en RH chez Lilly et aujourd’hui je prépare ce master 2 en formation continue et toujours en alternance. » D’ailleurs, sa responsable de service, qui a suivi le même master que Marjorie, l’a informée sur cette formation et encouragée à la faire.

Des cours à l’université, de la pratique en entreprise

Concrètement, les étudiants en alternance suivent des cours sur une certaine période et travaillent le restant du temps en entreprise. « Dans ma licence pro, explique Florian, il y a quinze semaines de cours répartis en trois séries de cinq semaines : une en septembre, janvier et mai et le reste du temps je suis en entreprise. » Le rythme pour Marjorie est différent puisqu’elle a étudié deux jours à l’université et travaillé trois jours en entreprise d’octobre à décembre, puis depuis janvier, elle est deux jours à l’université par mois et le reste du temps en entreprise.

Que des avantages

Tous deux ne voient que des avantages à suivre une formation en alternance. Florian a acquis de nouvelles connaissances, est plus autonome et a davantage confiance en lui. « Et surtout, je pense pouvoir m’intégrer plus facilement dans le monde du travail. Personnellement, ce que je fais me plaît, donc je ne vois pas de contrainte », précise-t-il. Marjorie a résumé le concept de l’alternance : « Cette formule allie la théorie et la pratique : on peut apprendre en pratiquant et pratiquer en apprenant! ».

Intégrer le monde du travail

Les deux étudiants envisagent sérieusement à intégrer le monde du travail à l’issue de leur formation, dans leur entreprise d’accueil ou pas... Marjorie est d’ailleurs très motivée : « Il faut être proactif afin de trouver un poste au vue de la conjoncture économique actuelle ; il faut mettre toutes les chances de notre côté en développant nos réseaux, en postulant à des postes différents et surtout rester déterminé ! ».

Pour en savoir + sur l’alternance à l’Université de Strasbourg : alternance.unistra.fr

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R