Une initiative pour faire découvrir la recherche à des lycéens

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

04/03/14

Lycéen Université 

Le 20 février dernier, dans le prolongement des « JU » et à quelques semaines des journées portes ouvertes de l’Université, le méso-centre de l’Université de Strasbourg (hébergé à l’ESPE et opéré par le pôle High-performance computing de la Direction Informatique), a invité des lycéens à venir découvrir le métier de chercheur.

Pour la deuxième année consécutive, Romaric David, responsable du centre de calcul de l'Université et Philippe Clermont, directeur de l’ESPE ont accueilli des jeunes de 2nde et de 1ères S "européenne anglais à vocation scientifique" du Lycée Marguerite Yourcenar d’Erstein. Les enseignants en charge de cette section ont à cœur d’enrichir la culture scientifique de leurs élèves, qui suivent déjà une partie de leurs cours de mathématique et de physique en anglais.

Pour commencer la matinée, deux chercheuses strasbourgeoises, Stéphanie Blandin, chargée de Recherche à l’Inserm et Marcela Szopos, Maître de Conférences à l’Unistra, sont venues leur présenter leurs travaux de manière accessible, mais aussi parler de leurs parcours scolaires et universitaires, de ce qui les a motivé à se lancer dans la recherche et de ce qui les fait avancer encore aujourd’hui. De quoi susciter des vocations !

Stéphanie Blandin leur a lancé un défi supplémentaire puisque sa présentation s’est faite en anglais. La chercheuse leur a fait découvrir le moustique responsable du paludisme et l’importance du séquençage de son génome. En comparant le patrimoine génétique de cet insecte au livre le plus épais de Marcel Proust et les éléments qui le codent, aux phrases, mots et lettres extraits du Seigneur des anneaux, elle a facilement réussi à capter l’attention. Et d’expliquer comment elle procède pour décrypter ce génome et identifier de nouvelles voies thérapeutiques. Comme elle a pu le souligner, ce travail serait impossible sans des équipements de pointe et surtout l’aide du méso-centre pour stocker et analyser les quantités de données faramineuses récoltées.

Marcela Szopos, chercheuse en mathématique s’est appliquée à montrer aux lycéens que les maths sont partout ! Par exemple, on utilise la théorie des nombres dans les codes de cartes bleues, les maths financières dans les opérations en bourse, les simulations numériques pour la météo, l’aéronautique, etc. Ainsi, cette scientifique travaille à mieux comprendre l’écoulement sanguin, un phénomène complexe d’interactions entre un liquide et une paroi, au travers de simulations. Là encore, impossible de faire sans le calcul haute performance.

Enfin, Romaric David a pu solliciter les élèves pour l’aider à réaliser une petite expérience de physique autour des aspects énergétiques des serveurs informatiques nécessaires au méso-centre.

Encouragé par les retours des enseignants comme des élèves, Romaric David espère renouveler l’opération chaque année et pourquoi pas l’amplifier et accueillir d’autres lycées de manière plus récurrente !

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R