LabEx Transplantex : empêcher le rejet de greffes

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

24/09/13

Recherche 

L'inauguration du laboratoire d'excellence (LabEx) Transplantex le 12 septembre dernier, est l'occasion de faire le point sur les enjeux scientifiques et sociétaux des travaux de recherche de ce laboratoire.

Transplantex est l’unique LabEx français en rapport direct et exclusif avec la greffe d’organes et de tissus. Doté de 5,5 millions d'euros sur huit ans, il a pour objectif de mieux comprendre les mécanismes moléculaires et cellulaires impliqués dans les processus de rejet des greffes d’organes, notamment rénales, cardiaques, pulmonaires, pancréatiques. « En effet, si l’on sait empêcher le rejet immédiat du greffon par l’organisme, nous sommes encore démunis face au rejet chronique qui peut se déclencher parfois plusieurs années après la greffe », souligne le professeur Seiamak Bahram,  directeur du LabEx. « Notre objectif est donc de comprendre pourquoi et comment cela arrive pour l’empêcher. »  Autre angle d’étude : la réaction d’attaque du greffon contre l’hôte lors des greffes de moelle osseuse ou de cellules souches hématopoïetiques, visant in fine l’amélioration de la survie du greffon et le parcours sans complication du patient greffé.

Développer des outils de de diagnostic, pronostics et thérapeutiques innovants

« Concrètement, nous décryptons et comparons les profils d’expression des gènes ou des protéines de tous les patients confrontés à un rejet de greffe, pour essayer d’identifier les molécules impliquées dans ce processus », explique Seiamak Bahram.  Cela est rendu possible grâce à l’expertise des chercheurs dans l’utilisation de technologies haut-débit de génomiques, protéomiques et transcriptomiques et dans l’analyse et l’interprétation de la masse de données ainsi générées. « La force de Transplantex réside bien sûr dans sa dimension internationale et multidisciplinaire qui permet de réunir des données et des compétences complémentaires aussi bien en clinique qu’en biostatistiques ou bioinformatiques, etc. », conclut le Pr. Bahram. Le projet permettra ainsi il l’espère le développement d’outils de diagnostic, pronostics et thérapeutiques innovants. Transplantex est d’ailleurs déjà résolument tourné vers le développement industriel puisque des partenaires privés sont d’ores et déjà impliqués dans le projet.

Pour en savoir plus sur l'Initiative d'excellence à l'Université de Strasbourg (IdEx)


Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R