Un pas de plus dans la compréhension de la mécanique du cœur

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

25/05/16

Recherche 

Une équipe de l’institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC, CNRS/Inserm/Unistra) est parvenue à décrypter les mécanismes cellulaires et biologiques à l’œuvre lors de la formation des valves cardiaques.

Les valves cardiaques sont les clapets ventriculaires qui empêchent le sang de refluer pendant l’exercice de pompage du cœur. Les mécanismes de leur formation au stade embryonnaire intéressent particulièrement les chercheurs impliqués dans l’étude de certaines maladies cardiaques ou la reconstitution biomédicale de valves in vitro. Une équipe de recherche de l’IGBMC a découvert que cette croissance est activée par les changements de pressions sanguines exercées sur les cellules des parois cardiaques. L’architecte de ce développement cellulaire est un gène dénommé Klf2a. Son expression contrôle à la fois l’apparition de la structure protéique de la valve ainsi que les mouvements des cellules au sein de celle-ci. Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue Nature Communications depuis le 25 mai 2016.

 

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R