Des contacts « à un atome » : les matériaux carbonés mieux cernés

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

17/04/14

Recherche Entreprise / partenaire 

En approchant une sphère carbonée nanométrique (fullerène) d’un atome métallique individuel jusqu’à formation d’une connexion stable, des équipes du CNRS, de l’Université de Strasbourg * et du Centre international de physique de San Sebastian viennent de franchir une étape importante.
Par cette méthode, les chercheurs ont en effet pu établir quel atome métallique (cuivre, or, palladium, aluminium…) conduit mieux le courant électrique vers la sphère carbonée. Dans un futur proche, cette méthode permettra d’établir une classification des métaux et de certains alliages en fonction de leur capacité à transférer le courant vers des structures carbonées. De plus, ces travaux ont révélé que ces tout petits contacts « à un atome » sont un modèle simple permettant de déduire les propriétés mécaniques et électriques de toutes les structures carbonées, tels que les nanotubes de carbone et le graphène. * Guillaume Schull, chercheur CNRS à l’Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg (CNRS/Université de Strasbourg)  
Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R