Une année noire pour les poussins d'une colonie de manchots Adélie

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

14/11/14

Recherche 

Les perturbations environnementales peuvent être lourdes de conséquences pour les espèces. Des travaux publiés le 17 octobre 2014 dans la revue Ecography sur le suivi d’une colonie de manchots Adélie l’illustrent de manière saisissante.

Menée par une équipe de l’Institut pluridisciplinaire Hubert-Curien (IPHC - UMR CNRS/Université de Strasbourg) et du Centre d'études biologiques de Chizé (CEBC) pendant la dernière saison de reproduction de l’espèce, l’étude révèle qu’aucun poussin élevé par les 34 000 couples d’oiseaux de la colonie n’a survécu. A l’origine de cet échec sans précédent, des conditions météorologiques très inhabituelles.

Les chercheurs veulent maintenant savoir comment les manchots Adélie réagiront à la dégradation de ces conditions environnementales si, comme ils le redoutent, elles devaient se répéter. « En couplant le suivi de cette population à des études mécanistiques visant par exemple à vérifier si les manchots deviennent de plus en plus stressés avec l'accumulation des mauvaises saisons, nous parviendrons à identifier les réponses comportementales ou physiologiques de ces oiseaux à la transformation rapide de leur milieu », explique Yan Ropert-Coudert.

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R