De la cellule rectale au neurone : clés de la transdifférenciation

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

26/08/14

Recherche 

Comment une cellule spécialisée peut-elle changer d'identité ? C'est la question que se pose Sophie Jarriault et son équipe à l'IGBMC, grâce au ver C. elegans. Ses travaux sur la transdifférenciation, un exemple naturel et 100% efficace de ce phénomène, ont abouti à une publication dans Science.
Comment une cellule spécialisée peut-elle changer d'identité ? L’équipe de Sophie Jarriault à l'Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (CNRS/Inserm/Université de Strasbourg) s'est intéressée à un exemple naturel et 100% efficace de ce phénomène, appelé transdifférenciation. Ce processus, par lequel certaines cellules perdent leurs caractéristiques et acquièrent une nouvelle identité, pourrait être plus généralement impliqué dans la régénération de tissus ou d'organes chez les vertébrés, et constitue une piste prometteuse pour la médecine régénérative. L'équipe a étudié ce processus chez C. elegans, un petit ver transparent, où une cellule rectale se transforme naturellement en moto-neurone. Souvenez-vous, c’est également le sujet de thèse de Marie Charlotte Morin, doctorante dans ce laboratoire et finaliste de Ma thèse en 180 secondes, qui partira défendre les couleurs de la France au Québec mi-septembre L’étude menée par Sophie Jarriault et son équipe a permis d’identifier le rôle d'acteurs épigénétiques dans cette conversion, de souligner le caractère dynamique du processus et de mettre en évidence les mécanismes clé pour l'efficacité de la transdifférenciation. Ces travaux, réalisés en collaboration avec l'Institut Curie, ont été publiés le 15 août 2014 dans la revue Science.
Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R