Les docteurs à l'honneur au Palais universitaire

Deux cérémonies en l'honneur des docteurs de l'Université de Strasbourg se sont déroulées vendredi 26 juin 2015 au Palais universitaire.

« Aujourd’hui, c’est la fête de la recherche ! »

« Aujourd’hui, c’est la fête de la recherche ! », a indiqué Alain Beretz, président de l’Université de Strasbourg, en ouverture de la cérémonie de remise des prix de thèse. 21 docteurs de l'Université de Strasbourg (Unistra) et de l'Université de Haute-Alsace ont été distingués à cette occasion. Douze d'entre eux ont reçu un prix de la Société des amis des universités de l'académie de Strasbourg, six ont obtenu le prix de la commission de la recherche de l'Unistra et trois ont eu celui de la Fondation Unistra. « Ces prix vous honorent ainsi que les équipes qui vous accompagnent au quotidien. Je souhaite que le prix que vous recevez soit le premier d’une longue série ; il est là pour vous éclairer, pour vous aider à aller de l’avant alors que vous allez quitter le port », a indiqué Alain Beretz lors de cette matinée ponctuée d'intermèdes musicaux du groupe The Jazz Bearsenger’s.

Durant l'après-midi, animée par l'Ensemble vocal universitaire de Strasbourg, les 230 docteurs de l'université ont reçu leur diplôme des mains de leur directeur d'école doctorale en présence d'Alain Beretz, président de l'université, et de Catherine Florentz, vice-présidente Recherche et formation doctorale. La cérémonie était placée sous le haut parrainage d'Anne-Christine Ayed, directrice de la recherche, de l’innovation et de l’environnement de Tarkett et marraine de la promotion 2014. « De nombreuses portes vous sont ouvertes, réfléchissez bien à ce que vous voulez faire car ce qui fera la différence ce sera votre projet, votre envie, votre passion et la capacité à vous dépasser », a-t-elle indiqué aux jeunes docteurs.

Floriane Andrey

La remise des prix de thèse et des diplômes de doctorat en images

Focus sur la carrière d’Anne-Christine Ayed, marraine de la promotion 2014

La carrière d’Anne-Christine Ayed est marquée par sa volonté de concilier innovation et développement durable. En 2014, elle a été lauréate du prix Femme de développement durable des trophées des Femmes de l'industrie.

De son propre aveu, la marraine de la promotion 2014 des docteurs a toujours eu une grande fibre de responsabilités sociétales et environnementales. Déjà au cours de ses études de chimie, Anne-Christine Ayed souhaite travailler sur les polyélectrolytes pour nettoyer les lacs canadiens. C’est pour cela qu’elle s’oriente vers les sciences des polymères au cours de sa thèse. Quand elle prend la direction de la recherche, de l’innovation et de l’environnement en 2011 chez Tarkett pour développer une stratégie d’innovation au service de la croissance de l’entreprise, elle choisit de l’axer sur l’éco-innovation. L’entreprise fabrique des revêtements de sols, des produits utilisés en intérieur où l’on passe 90% de notre temps. Or, avec les problématiques énergétiques on n’ouvre plus les fenêtres donc la qualité de l’air diminue. « Nous avons eu l’idée de développer des revêtements de sols respectueux de la santé humaine et de l’environnement ». Dans un souci de gestion des ressources et d’économie circulaire, Anne-Christine Ayed et son équipe ont également travaillé à la façon de récupérer et réutiliser les produits usagers pour en faire des produits équivalents. Aujourd’hui, on ne pense plus les produits avec une fin de vie mais avec une fin d’usage. « Quand j’ai lancé cette stratégie cela il y a cinq ans, cela a surpris mais cela nous a donné une réelle avance ».

Cette carrière, elle la mène brillamment depuis plus de 30 ans tout en conciliant une vie de famille. Pour elle, être une femme et une mère n’a jamais été un obstacle. « J’ai eu la chance d’entrer dès le début de ma carrière dans une entreprise américaine, et aux USA il y a beaucoup de femmes dans l’industrie. Cela ne posait pas de problème si ce n’est que j’étais la première femme à qui l’on a confié des responsabilités managériales ». La pression sociale, elle l’a tout de même ressenti lorsqu’elle travaillait en Allemagne. «  Mais j’ai eu la chance d’avoir une super nounou qui nous a suivis à travers le monde. Et cela a été une grande aide. Les enfants sont capables de faire avec une mère qui bouge à condition que l’on soit présent dans les moments importants de leur vie ». Son métier un peu différent de recherche et d’innovation lui a toujours permis d’être bien intégrée aux différents comités de direction auxquels elle a pu être nommée. Et Anne-Christine Ayed conclut : «  La seule chose qui compte ce sont les résultats et quand il y en a, il y a de la reconnaissance ».

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R