« J’ai deux passions : le pain et le français ! »

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

21/06/2017

Non seulement la meilleure baguette de France est alsacienne, mais elle est façonnée par une Japonaise, étudiante cette année à l’Université de Strasbourg ! Passionnée par la culture française, Mei Narusawa, 34 ans, a exploré les subtilités de sa langue cette année, à l’Institut international d’études françaises (IIEF).

À l’annonce des lauréats du concours de la meilleure baguette de tradition française, le 17 mai, Mei Narusawa n’en a pas cru ses oreilles. « Je n’ai pas tout de suite compris que j’avais gagné. J’ai même pensé que j’avais été disqualifiée ! » C’est pourtant bien la jeune employée de la boulangerie-pâtisserie Durrenberger, à Mertzwiller (nord de Haguenau), qui ramène en Alsace le trophée convoité. Elle est la première femme à se hisser sur la plus haute marche du podium, et très certainement la première… Japonaise !

Même si elle a le triomphe modeste, Mei Narusawa n’a pas volé sa victoire. Pour passer avec succès les épreuves qualificatives départementales (le 8 mars) et régionales (les 22 et 23 mars), elle s’entraîne d’arrache-pied, sans compter ses heures. « À partir de janvier, je me levais à 3 h pour me rendre à la boulangerie (à 1 h de route de Strasbourg, où elle vit) pour m’entraîner. » À ce rythme effréné, il faut rajouter sa journée de travail et ses cours de français à l’Institut international d’études françaises (IIEF). « Ça a été une période très fatigante », reconnaît Mei, qui confesse avoir « raté quelques cours » pour préparer au mieux cette étape importante dans la reconnaissance de son savoir-faire.

Et elle a bien fait : le jour du concours, à Paris, il fait « 34 degrés sous la tente, contre 24 à la boulangerie en conditions normales ». Mei, qui s’est préparée à évoluer dans des conditions inhabituelles et avec une farine inconnue, parvient avec brio à adapter sa recette, à commencer par la teneur en eau et en sel de sa pâte.

Tokyo, Nice, Paris… Mertzwiller

Mei se remémore l’origine de son appétit pour le pain, un produit éternellement associé à la France. « Enfant, il y avait une boulangerie à côté de chez ma mère, à Yokohama. J’adorais cette odeur si appétissante… » À 19 ans elle en fait son métier, qui la conduira à exercer à Tokyo, Nice et Paris. Puis de nouveau Tokyo. Mais une fois qu’elle a goûté à « la vie française », son idée de retourner dans l’Hexagone ne la lâche plus. « Ici, les gens sont beaucoup moins stressés que dans la capitale japonaise… » Voilà près d’un an, elle est de retour en France, à Haguenau, où travaille son compagnon, Yuki, lui aussi boulanger. Arrivée au départ avec l’idée d’améliorer en priorité son français, elle trouve du travail grâce à l’importante et très soudée communauté des boulangers-pâtissiers japonais exilés en Alsace. Yuki rentré au Japon, Mei s’installe à Mertzwiller, où se trouve son nouveau lieu de travail. « Mais c’est trop petit ! » Elle choisit donc Strasbourg.

Loin de se reposer sur ses lauriers, Mei avertit : « Il ne faut pas arrêter de travailler, pour s’améliorer ! »Prochaine étape, une fois son niveau C1 de français obtenu ? « Nous voulons ouvrir notre propre boulangerie, en France si possible. » Et si des questions de visa empêchent ce projet, au Japon, où les habitants sont friands de gastronomie française. Une chose est sûre : son trophée de la meilleure baguette de pain de tradition française, aujourd’hui affiché à Mertzwiller, y figurera en bonne place !

Elsa Collobert

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Logo France 2030
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R
Udice
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
Epicur