Aborder un oral avec une touche d’exotisme

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

11/07/2018

Hélene Klein est en deuxième année de licence Langues étrangères appliquées (LEA) anglais-japonais. Passionnée par la culture japonaise et le montage vidéo, elle a présenté un de ses examens oral en japonais en associant ses deux passions pour un résultat film catastrophe assez bluffant.

« Je fais du montage vidéo depuis le collège et l’idée nous est venue avec notre groupe de travail d’utiliser ce média pour un examen oral », explique-t-elle. Le sujet était : présenter un bulletin météorologique en langue japonaise. Plutôt que d’aborder ceci de manière entendue : « il fait aujourd’hui 20 degrés à Strasbourg, les risques d’intempéries sont assez faibles… », le groupe de trois étudiants a préféré se plonger dans la culture japonaise qui a depuis longtemps intégrée les risques de catastrophes dans différents fictions. Bienvenu dans un monde dévasté suite à une catastrophe où la population doit lutter pour sa survie. « Le sujet s’est vite transformé en une météo de la fin des temps à l’université », explique Hélène Klein.

Une expérience motivante dans la préparation comme la présentation

D’un commentaire assez serein, le bulletin météo tourne vite à la panique. Le jeu d’acteurs des étudiants présentateurs et les images de synthèse ajoutées sur les différents plans de l’université y contribuent beaucoup. Seuls les cris de la foule bien évidemment ne sont pas en japonais. Une manière originale d’aborder un enseignement en y ajoutant une touche d’exotisme comme l’a souligné l’enseignant du département de culture japonaise Kenjirô Muramatsu lors de la présentation. Et pour ce qui est de la concentration, Hélène Klein se veut rassurante : « Cela ne nous a pas éloigné de l’objectif premier, bien au contraire. C’était très motivant autant dans la préparation que dans la présentation ». Rassurant au point d’avoir obtenu un 15,5/20 à cet examen. Pour la suite Hélène hésite encore. Après la licence, ce sera soit un master en japonais, soit une immersion totale dans ce pays qu’elle affectionne à plus d’un titre. Le projet de rejoindre son compagnon japonais, rencontré en 2013 lors de son premier voyage, est en effet également à l’étude.

Frédéric Zinck

Visionner le film :

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R