Vous reprendrez bien une pinte de science ?

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

20/05/16

Vie des campus Recherche 

Du 23 au 25 mai, des chercheurs sortent de leurs labos et vous donnent rendez-vous dans quatre bars de Strasbourg pour échanger et débattre autour de leurs recherches. Des rites magiques en passant par les pesticides ou les particules élémentaires, Pint of science va vous faire aimer la science… sans modération !

Qui a dit que les comptoirs des troquets ne voyaient fleurir que des discussions de café du commerce ? La manifestation Pint of science prouve le contraire. Le concept, né en Grande-Bretagne, essaime partout dans le monde depuis trois ans. À Strasbourg, la deuxième édition du festival international décline sur trois soirées douze rendez-vous, articulés autour de trois thématiques : Notre corps, De l’homme aux civilisations, Planète Terre, De l’atome aux galaxies.

Le concept est simple, mais il fallait y penser. Il fait la part belle à la vulgarisation, « à travers des interventions informelles pendant lesquelles un ou des chercheurs présentent leur sujet, de façon interactive, souvent à l’aide d’animations », explique Eléa Héberlé, coordinatrice de Pint of science à Strasbourg. Loin d’être un exposé figé, la formule laisse une grande part à l’interaction avec le public… et, contrairement à un amphi, « on peut boire et manger en même temps ! » Pint of science permet aussi de mixer des publics, « ceux qui pensent qu’il faut un bac + 12 pour comprendre quelque chose à la science, ou qui ne sont pas habitués à fréquenter les bars ». Eléa évoque avec un grand sourire « cette vieille dame venue avec passion l’an dernier écouter parler de paléo-odontologie ».

Bientôt à Metz et Nancy

C’est à cette doctorante en biologie moléculaire qu’on doit la possibilité de s’attabler autour d’une bonne pinte de science à Strasbourg. « J’avais vu un article sur la première édition, sur Facebook », se souvient la jeune femme. Elle contacte les organisateurs pour se renseigner sur l’existence d’une déclinaison alsacienne. Qui lui répondent, du tac au tac : « Maintenant oui, et c’est toi l’organisatrice ! » Elle relève le défi, « appelle les copains » et parvient à construire un programme qui tient la route. « Les premières soirées n’étaient pas très garnies ! On a eu très peur, et puis finalement, le bouche-à-oreilles a fonctionné ! » Cette année, douze bénévoles, dont des étudiants du master 2 Communication scientifique ont participé activement à la construction du programme et à la promotion de l’événement.

Nul doute que cette deuxième édition strasbourgeoise connaîtra un succès au moins aussi florissant, puisque trois soirées sont d’ores et déjà complètes ! Et la belle histoire de Pint of science dans le Grand-Est gagne l’an prochain les villes de Metz et Nancy. D’autant que l’édition strasbourgeoise de Pint of science cultive une intéressante singularité : « On était la première ville du festival à proposer des sujets en sciences humaines et sociales ! » Les rites et magies d’ici et d’ailleurs, l’héroïsation de l’ouvrier en littérature et l’histoire alternative de la Révolution française côtoient donc cervelet, maladie d’Alzheimer, biophysique et bioplastiques dans le programme.

L’Artichaut, Le Grincheux, le bar du FEC et La Ruche aux deux reines sont les quatre bars qui ont cette année accepté de consacrer une partie de leurs locaux à ces soirées scientifiques . « Au début, quand on est venus leur parler du projet, ils étaient plutôt perplexes… Mais finalement, ceux qui ont accepté l’année dernière étaient très contents ! »

Elsa Collobert

Du lundi 23 au mercredi 25 mai, ouvert à tous. Réservation obligatoire en ligne , 2 € par soirée. Plusieurs surprises aux couleurs de Pint of science sont à gagner au cours du festival.

Un avant-goût de l’édition strasbourgeoise de Pint of science en vidéo

 

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R