Échanges autour de la formation des cadres islamiques

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

03/03/15

Université Formation 

Le Premier ministre accompagné du ministre de l’Intérieur et de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche se sont rendus mardi 3 mars à l’Université de Strasbourg pour débattre et dialoguer autour de la question de la formation des religieux musulmans.
Si pour le président de l’Université de Strasbourg, « la question de la formation des cadres de l’Islam en France est revenue tragiquement dans le débat public à l’occasion des attentats de janvier dernier, elle est bien plus ancienne » et au cœur des réflexions à l’université depuis plus de quinze ans. La visite de la délégation ministérielle a justement été l’occasion de présenter les formations en sciences religieuses de l’université et en particulier les quatre formations en islamologie : le diplôme universitaire Droit, société et pluralité des religions, le master 1 Islamologie, droit et gestion, le master 2 Islamologie, droit et gestion - islamologie et enfin le master 2 Islamologie, droit et gestion - finance islamique. Comme l’a mentionné Francis Messner, professeur à l'Unistra et directeur de recherche émérite au CNRS, « ces formations ont pu être créées car l’université est un concentré de compétences en matière de sciences religieuses ». Responsables des formations et étudiants aux parcours très variés ont témoigné de l’intérêt de ces cursus face à des ministres à l’écoute. Un modèle à démultiplier Najat Vallaud-Belkacem et Manuel Valls ont su voir l’originalité et l’excellence de ce qui est proposé à l’université aussi bien en termes de formation que de recherche. Pour Najat Vallaud-Belkacem, « le DU strasbourgeois est un modèle à démultiplier partout en France ». Il s’agit également de développer la recherche en islamologie et pour ce faire de créer des postes dans le domaine. La venue du Premier ministre a aussi été l’occasion pour Francis Messner de lui remettre son rapport sur la formation des cadres religieux musulmans sur lequel le gouvernement souhaite se baser « pour faire progresser la place de l’Islam dans notre société et développer un Islam de France ».
Au cours de son discours, le Premier ministre a également souligné que « la formation est l’une des clés pour bâtir un Islam de France en toute liberté ». D’autre part, il a annoncé que le gouvernement apporterait son soutien pour développer la recherche en islamologie afin de lutter contre l’islamisme radical. Pour Alain Beretz, « ouvrir de telles formations dans les universités, c’est permettre que la diversité de la jeunesse se reconnaisse mieux dans son université » et l’Université de Strasbourg est prête à relever les défis lancés par le gouvernement.Anne-Isabelle Bischoff
Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R