Au mois de décembre, l'ours dans tous ses états

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

30/11/18

Recherche Vie des campus 

Le mois de décembre pourrait être appelé « mois de l’ours » car cet animal est au centre de plusieurs événements et publications liés aux recherches scientifiques dont il fait l'objet.

De l’hibernation de l’ours aux voyages dans l’espace il n’y a qu’un muscle

Alors qu’ils hibernent 5 à 7 mois dans leur tanière sans manger, sans boire et sans bouger, les ours bruns ne perdent pas un poil de muscle ou presque. Au réveil, les carnivores frais et dispo sont capables de piquer un sprint. Une performance loin d’être partagée par l’espèce humaine. Fabrice Bertile, chercheur à l’Institut pluridisciplinaire Hubert Curien, étudie le phénomène depuis une dizaine d’années...

Conférence le 05/12 à l'amphi Fresnel : "De la tanière de l'ours à la planète Mars"

Durant son hibernation, l’ours brun conserve sa masse musculaire. A l’inverse, chez les personnes sédentaires ou en apesanteur, la fonte musculaire est inévitable. Mais la bio-inspiration offre de nouvelles pistes pour améliorer leur santé, et peut-être un jour envoyer des Hommes sur Mars.

Avant-première le 17/12 à 18h30 à l'auditorium de la BNU : "Fort comme un ours" en présence de l'équipe du film

Dans nos sociétés modernes, l’ostéoporose, l’obésité, l’insuffisance cardiaque et rénale, font des ravages. Des scientifiques pensent que la réponse à ces maladies, liées au vieillissement et à la sédentarité de notre population, coule dans les veines de l’ours. Ils sont médecins ou biologistes, spécialistes de l’humain. Mais pour mettre au point des traitements basés sur le biomimétisme, ils n’hésitent pas à rejoindre les terres de grands prédateurs : les ours bruns et les ours noirs.

Un documentaire d'Universcience sur UTube en 2015 : "Des ours bien musclés"

Alors que les ours vont bientôt entrer dans leur tanière pour hiberner, les scientifiques se penchent sur les mécanismes par lesquels ces plantigrades réussissent à ne pas trop perdre de muscles alors qu'ils sont immobiles durant plusieurs mois.

Pour en savoir plus sur ces différents événements, rendez-vous sur la page dédiée sur le site de l'IPHC

Crédit photo : © Siegfried Klaus

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R