Le développement durable à l'Université de Strasbourg

Les prochains événements et les dernières conférences

  • Inscrivez-vous au circuit de paniers de légume pour la prochaine période (inscription le 3 novembre au plus tard)
  • Venez en apprendre plus sur un Noël éco-responsable... le 18 novembre à 18h30 à l'Institut Le Bel (amphithéâtre A2)
  • Regardez la conférence de Jean Jouzel sur le changement climatique et les inégalités engendrées
  • Membres de la communauté universitaire Unistra, rejoignez-nous sur Ernest pour en savoir plus !

La cellule développement durable de l’Université de Strasbourg

L’objectif principal de l’université est qu’une démarche « développement durable » soit intégrée et prise en compte par toutes et tous, à tous les niveaux.

La cellule développement durable a notamment comme objectifs de recenser, d’accompagner, d’outiller, et de valoriser les actions réalisées part des étudiant.es, des enseignant.es chercheurs et des personnels de services.

La cellule développement durable a pour missions :

  • De sensibiliser les usagers des campus aux économies d’énergie et plus largement à la lutte contre toute forme de gaspillage ;
  • D’accompagner les projets visant à rendre le campus plus éco-responsable ;
  • De communiquer à propos des initiatives éco-responsables de l’université.

Financée par un projet Idex, elle est rattachée à la Direction du patrimoine immobilier, dans le département des grands projets.

Retrouvez l'entretien avec la responsable de la cellule en ligne.

Les actions développement durable sur les différents campus

En tant qu’acteur du monde académique, scientifique, culturel et professionnel, l’université s’inscrit dans les grands enjeux sociétaux à savoir le développement durable, la responsabilité sociétale et la lutte contre le dérèglement climatique et cela à plusieurs niveaux :

Dans son mode de fonctionnement, en tant que gestionnaire d’un parc de près de 590 000 m² SHON de 153 bâtiments qui accueillent près de 51 000 étudiants et 5 700 personnels ;
Dans ses offres de formation avec des parcours offrant la possibilité d’appréhender les enjeux sociétaux du monde de demain ;
Dans ses laboratoires de recherche avec des acteurs scientifiques reconnus dans différents domaines afin de susciter l'innovation.
L’université est engagée dans une démarche d’éco-responsabilité à plusieurs titres : gestion de ses espaces verts, gestion de son énergie, promotion des mobilités douces, gestion des déchets dangereux, etc.

Cette action volontaire s’inscrit dans un cadre légal réglementaire au niveau national et au niveau des universités, cadre de réduction de l’impact énergétique et de préservation des ressources naturelles. Elle pose l’exemplarité de l’Etat dans la gestion de son parc immobilier, elle propose un référentiel (dit Plan Vert) qui permet une auto-évaluation au regard de 5 enjeux :  stratégie et gouvernance, formation, recherche, gestion environnementale, politique sociale et ancrage territorial.

Être un établissement éco-responsable, c'est :

Assumer une responsabilité sociétale et participer aux objectifs de réduction de la consommation énergétique finale et des gaz à effet de serre, des déchets, des pesticides fixés au niveau national et européen ;
Renforcer l’attractivité des campus en mettant en avant de nouveaux usages plus respectueux de l'environnement ;
S’inscrire dans un réseau d’acteurs qui agissent sur les politiques énergétiques et climatiques à l’échelle du territoire ;
Améliorer le bien-être (confort, conditions de travail et d’étude) de toutes et tous.

Gestionnaire d’un parc immobilier important (153 bâtiments, répartis sur 8 campus, pour une superficie de près de 590 000m²), générant de fortes consommations d’énergie, l’Université de Strasbourg a mis en place plusieurs projets visant à réduire sa facture énergétique qui s’élève à près de 9 millions d’euros chaque année.

Les enjeux sont multiples : environnementaux avec un bilan carbone parfois important, économiques avec des factures vertigineuses, techniques du fait de l’état du parc, de bien-être avec la volonté d’accroître le confort des usagers des bâtiments. Cette gestion constitue la mission des équipes de la Direction du patrimoine immobilier.

La stratégie énergétique repose sur deux axes : avoir une réflexion en terme de réseau afin d’optimiser consommation et production d’énergie et de sensibiliser aux usages de l’énergie, et agir au niveau des bâtiments et de leurs systèmes afin d’améliorer leur performance énergétique.

Connaître le comportement des bâtiments

Depuis 2007, la Direction du patrimoine immobilier développe une Gestion technique centralisée (GTC) qui permet de superviser les installations techniques (chauffage, électricité, eau, gaz) des bâtiments qui y sont raccordés. Cette application permet aussi bien aux techniciens qu’aux entreprises chargées de la maintenance – chauffagistes, électriciens etc. –, de piloter et d’intervenir sur les circuits à distance, afin de moduler les installations selon leurs usages (température, consigne, consommation …) ou de les dépanner. Cette application permet aussi de donner des indications de suivi, de rassembler les informations sur le patrimoine et de fixer des objectifs de consommation. Actuellement en cours de déploiement, le système de pilotage informatisé et centralisé des installations techniques va progressivement prendre en charge les équipements de fonctionnement de tous les locaux de l’université.

Afin de parfaire la connaissance énergétique de son parc, l’Université de Strasbourg s’est lancée en 2016 dans un Schéma Directeur de Transition Energétique dans le but d’élaborer une feuille de route et de guider les investissements futurs en matière de performance énergétique. Un état des lieux, assorti de près de 337 préconisations chiffrées vise à améliorer l’enveloppe, les systèmes, le comptage et à réaliser des campagnes de communication sur près de 37 bâtiments. 

Rénovations énergétiques dans le cadre de l’Opération Campus

Lauréate en 2009 du financement Opération Campus, l’Université de Strasbourg a entrepris la rénovation énergétique de plusieurs bâtiments (cf lien). La Faculté de Droit, l’Institut de physiologie et chimie biologique (IPCB), le bâtiment de Mathématique-Informatique, l'IRMA et le Patio sont en train de subir des travaux de réhabilitation en profondeur pour améliorer leur performance énergétique : une opération qui concerne les fenêtres et l’isolation extérieure, tout en tenant compte de leurs spécificités patrimoniales notamment.

L’extension de I’Institut de science et d'ingénierie supramoléculaires (Isis), dans lequel sera localisé le futur Datacentre de l'université, prévoit la mise en place d’un système innovant de récupération de chaleur. Ainsi, la chaleur des baies informatiques permettra d’alimenter les laboratoires des étages supérieurs de l'Institut, mais aussi de trois bâtiments voisins grâce à un système de réseau intelligent (réseau de chaleur interne : « pôle énergie »). En outre, un système géothermique permettra de refroidir le Datacentre. Il consiste à pomper l’eau froide de la nappe phréatique, à l'utiliser pour refroidir le Datacentre par un circuit fermé avant de la réinjecter dans la nappe, légèrement plus chaude et sans pollution.

D’autres « pôles énergie » ont également été mis en place sur les différents campus Esplanade, Historique, Illkirch et Hôpital. L’idée est de raccorder plusieurs installations dont les besoins sont complémentaires et simultanés sur un même circuit chauffage ou électricité, afin de produire de la chaleur, du froid, de l’électricité ou de l’air comprimé de manière centralisée et optimisée. Ce regroupement en « pôle énergie » a également l’avantage de sécuriser l’approvisionnement, de minimiser les contrats et les abonnements, et d’optimiser les interventions de maintenance en regroupant l’information en un seul point.

Par ailleurs, l’ensemble des nouveaux bâtiments qui sont construits aujourd’hui intègrent la problématique énergétique en respectant les normes thermiques.

Energie renouvelable

Saviez-vous qu’une grande partie des bâtiments des campus Historique et Esplanade est principalement alimentée par de l’énergie renouvelable pour leur chauffage ?

Connecté depuis le début des années 1960 au réseau de chaleur de la Ville de Strasbourg, le réseau de chaleur de l'université est aujourd’hui alimenté à 70% par une centrale de production de biomasse.

De plus, l'université étudie la possibilité d'installer des panneaux photovoltaïques sur des toitures ou en ombrelles de parkings, pour sa propre consommation.

Vous vous êtes probablement déjà posé la question de savoir pourquoi certaines pelouses paraissaient mal entretenues ou pourquoi le campus était si sombre la nuit.

L’Université de Strasbourg s’est engagée depuis janvier 2007 dans l’abandon total de l'usage des pesticides pour l'entretien de l'ensemble de ses espaces verts. Par ailleurs, elle adhère depuis 2009 à la charte pour plus de biodiversité de l’Eurométropole de Strasbourg. Un engagement majeur qui vise à protéger la qualité de l’eau et à préserver la biodiversité en ville, afin d’améliorer notre santé et celle des jardiniers, mais surtout notre cadre et notre qualité de vie.

Changer la nature de notre campus

Le réaménagement des espaces extérieurs du campus de l’Esplanade, réalisé dans la cadre de l’Opération Campus, en un parc urbain dévolu aux piétons favorise la détente et les rencontres dans un univers propice au travail. C’est également un terrain d’expérimentation de gestion durable des espaces verts qui permet de réintégrer la faune et la flore dans le campus. Voici un tour d’horizon de l’utilité de tels aménagements :

Abandonner l’utilisation de produits chimiques pour l’entretien des espaces verts au profit de techniques alternatives permet de préserver l’environnement. En effet, l’utilisation des pesticides fragilise notre écosystème en affectant la qualité de l’air, en contaminant la nappe phréatique et en réduisant la fertilité des sols, ce qui atteint la faune, la flore et la biodiversité.

Réduire les tontes de pelouse, les arrosages ou encore la pollution lumineuse permet d'économiser l’énergie et les ressources. Pour cela, nos jardiniers utilisent une gestion différenciée des espaces en faisant varier la fréquence et la nature de l'entretien : fréquence d'arrosage, utilisation de fertilisants, type de taille, type de tonte, etc…

Un gazon tondu moins souvent permet de laisser s’installer des pâquerettes, des plantains et des pissenlits, qui sont nécessaires aux abeilles butineuses, aux papillons et aux insectes utiles … qui serviront de nourriture aux oiseaux, aux chauve-souris, aux amphibiens. C’est tout un écosystème qui reprend vie !

L’éclairage public met en danger la faune nocturne, puisqu’il dérègle leurs rythmes biologiques, perturbant ainsi leur cycle de vie et leur parcours migratoire. Par ailleurs, repenser l’éclairage public, c’est autant d’énergie non consommée.

Privilégier des espèces locales et diversifiées promeut la biodiversité : les espèces locales, en plus d’être plus résistantes car bien adaptées au climat, sont les seules à profiter à la faune. Les plantes sauvages servent d’hôte à la reproduction des insectes, les espèces mellifères sont utiles aux insectes pollinisateurs, les plantes violettes ou roses nectarifères attirent les papillons… Quelques arbres fruitiers sont également présents sur le campus. Ils permettent de mêler l’utile (refuge pour la faune) à l’agréable (la production fruitière). Serez-vous capables de les trouver ?

Changer de regard

Faire de la "mauvaise" herbe une ressource, accueillir plus de nature et de vie sur notre campus, tester de nouvelles techniques d'entretien des campus, réduire l’intensité de l’éclairage … Ce sont autant de pratiques qui nous invitent à changer de regard, à développer une autre culture du végétal dans la ville et sur nos campus, et à accepter la végétation spontanée.

La gestion durable des déchets est l’affaire de tous. Chaque semaine, des personnels, étudiants et visiteurs de l’université produisent plus de 400 m3 de déchets, entre matériaux scientifiques, fournitures de bureau et déchets de la vie quotidienne. Les initiatives se multiplient pour améliorer leur gestion et les réduire à la source.

A cet effet, le Service prévention, sécurité environnement (SPSE) a mis en place une procédure de tri des déchets de laboratoire et/ou déchets dits dangereux pour l’environnement. Cette procédure concerne : les solvants (en vrac ou en bidon), les acides minérale et organique, les bases minérale et organique, les réactifs de laboratoire, les solides toxiques, les OPCT gants papiers souillés, la silice, l’huile usagée en bidon, les déchets mercure, les piles, batteries et accumulateurs, les emballages vide et matériels souillés ainsi que les liquides toxiques en bidon.

Le SPSE gère également les déchets équipements électriques et électroniques (DEEE), les cartouches d'imprimantes et de toners, ainsi que la gestion des déchets ménagers et recyclables. Pour en savoir plus

Envie de réduire ses déchets sur le campus ? Consultez le guide ou participez aux ateliers zéro déchet du SPACS.

En tant qu’employeur, l’Université de Strasbourg encourage ses salariés à ses étudiants à utiliser des modes de transport doux.

Ainsi, l’université finance, pour ses personnels, une partie des titres d’abonnement des transports publics de voyageurs et de service de location de vélo entre le lieu de résidence et le lieu de travail.

En 2017, le Schéma de la vie étudiante a proposé une enquête « tous écomobilistes » dont les résultats devraient être publiés prochainement.

Par ailleurs, l'université encourage l’usage du vélo avec la mise en place d’espaces de stationnement sécurisés. L’université, en partenariat avec le CNRS, a participé aux éditions 2016, 2017, 2018 et 2019 du défi « Au boulot à vélo » dont l’objet est de comptabiliser les km parcourus par les personnels de l’établissement en deux semaines sur les trajets domicile-travail. En 2017, l’Université de Strasbourg et le CNRS ont remporté le 1er prix du défi, parcourant avec 483 cyclistes plus de 31 200 km. En 2018, l'Université et le CNRS ont conservés leur titre avec plus de 50 000 km parcourus par 751 cyclistes. En 2019, nouvelle victoire avec plus de 60 000 km parcourus par 327 cyclistes.

En 2018, le Service de Promotion de l'Action Sociale (SPACS) a initié un partenariat avec CADR67 et Vélo station pour un diagnostic et des réparations gratuites des vélos des personnels sur les campus historique et d’Illkirch.

Cette action est reconduite en 2019, en partenariat avec Bretz'selle.

Dès la rentrée 2018, le vélo à assistance électrique remporté par les 751 cyclistes de l'édition 2018 du défi au boulot à vélo a rejoind la flotte des vélos de la DALI, mis à disposition à l'ensemble du personnel via ce formulaire

En matière de développement durable et de responsabilité sociétale, chaque geste compte et chacun a son rôle à jouer.

Une bouteille en plastique recyclée plutôt que jetée à la poubelle peut-elle empêcher le réchauffement climatique ? Une feuille de papier recyclée freinera-t-elle la déforestation ? Une voiture laissée au garage suffira-t-elle à enrayer le phénomène d'effet de serre ? Un ordinateur éteint en fin de journée servira-t-il à faire diminuer les consommations d'énergie ? Des efforts menés au sein d'un bâtiment auront-il un impact étant donné la qualité du bâti ?

Ces gestes ou actions ponctuelles ne s'apparentent pas à des révolutions mais c'est un début. Et si cette action était suivie par les collègues du bureau, du service, de l'étage, du bâtiment, du campus ... et par les étudiants d'un TD, d'une promotion, d'une composante ... Jusqu'où serions-nous collectivement capable d'aller ?

C'est la raison pour laquelle plusieurs actions de sensibilisation sont menées :

  • La réalisation d'éco-guides afin de porter à connaissance certains éco-gestes du quotidien (disponible au téléchargement en bas de cette page) ;
  • la participation au concours Cube2020 afin de mieux cerner les économies qui peuvent être réalisées à l'échelle d'un bâtiment sur la question des usages ;
  • La visite de communes vertueuses en matière de développement durable (production et consommation d'énergie, urbanisme, achat publics etc) : visite des communes de Fribourg-en-Brisgau et d'Ungersheim avec le SPACS ;
  • La sensibilisation des associations étudiantes organisatrices d'événements ou gestionnaires de caféteriat ;
  • La rédaction d'articles dans le journal électronique de l'université - l'Actu - afin de mettre en lumière des personnels ou étudiants qui agissent souvent dans l'ombre ;
  • L'animation de 5 temps forts au moment de l'année ;
  • L'animation d'ateliers zéro déchet via le SPACS.

Ces outils ou temps forts sont pensés pour faire découvrir des nouvelles perspectives, faire rencontrer des collègues qui partagent les mêmes préoccupations, pour donner des outils afin d'aider à changer les gestes du quotidien au bureau, à la maison, sur le temps de transport.

L'enseignement et la recherche liés au développement durable à l'université

Faculté de droit, de sciences politiques et de gestion

Master Droit de l'environnement et de l'urbanisme Parcours : Droit de l'environnement, des territoires et des risques

Master Administration économique et sociale Parcours : Droit et gestion des énergies et du développement durable

Faculté de géographie

Master Géographie Environnement Aménagement Développement

Faculté des Sciences de la vie

Master Plantes, environnement et génie écologique

UE interdisciplinaire

Masters de droit, biologie, géographie, sociologie, ou chimie

Unités Mixtes de Recherche (Université de Strasbourg et CNRS)

Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC), Département d'écologie, physiologie et étholigie (DEPE)

Institut de chimie et procédés pour l'énergie, l'environnement et la santé (ICPEES)

Plateforme Internet Network Technologies Lab (IneT Lab)

Laboratoire Image Ville Environnement (LIVE)

 

Agir pour le développement durable au sein de l'Unviersité de Strasbourg

Vous souhaitez agir pour le développement durable sur votre lieu d’étude ou de travail ?

Vous avez des idées à proposer ?

Vous voulez poser une question ou réagir ?

Cette rubrique est faite pour vous.

  • Participez aux temps forts du développement durable tout au long de l'année

    • Septembre : notre présence lors de la rentrée des services est l'occasion de venir vous informer, de réaliser des quizz et d'en découvrir plus sur le développement durable à l'université
    • Printemps : le défi Easy to Change est un jeu qui propose des défis sur les éco-gestes en lien avec les économies d’énergie et le zéro déchet
    • Avril : la semaine de l'environnement animée par notre partenaire, l'association Campus Vert
    • Tout au long de l'année : des actions de sensibilisation, des conférences, des ateliers

  • Sollicitez un temps d’accompagnement ou de sensibilisation 

    • Zéro déchet
    • Economies d’énergie
    • Organisation d'un colloque (ou événement) éco-responsable
    • Intégration des Objectifs du développement durable dans les métiers de l'université

  • Proposez ou initiez un projet d'éco-responsabilité au sein de votre service ou composante
  • Nous solliciter pour l'accompagnement de projets tutorés en lien avec le développement durable

Etudiant.es et personnels de l'université, rejoignez-nous sur l'espace collaboratif Développement durable d'Ernest !

 

Eco-guides

Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
Logo HRS4R