Faculté de physique et ingénierie

LICENCE PROFESSIONNELLE METIERS DE LA RADIOPROTECTION ET DE LA SECURITE NUCLEAIRE

Responsable de la mention : Isabelle Rossini

Contenus et types d'enseignement

Les 8 UE de la formation correspondent à des blocs de compétences bien identifiés favorisant ainsi la lisibilité du projet professionnel de l’étudiant. La formation ayant pour but de transmettre de solides compétences théoriques et pratiques, ces UE recouvrent à la fois un aspect scientifique et des compétences de terrain.

UE 1 / Compétences fondamentales pour la physique nucléaire : permet d’acquérir de solides connaissances de base de la physique atomique et nucléaire et comprend un module de TP permettant d’apprendre à utiliser une chaîne de mesure nucléaire (spectrométrie alpha, bêta et gamma).
UE 2 / Compétences en détection des rayonnements ionisants : aborde les notions théoriques de l'interaction rayonnement/matière et du fonctionnement des détecteurs. Les TP permettent de maîtriser la détection des rayonnements et de savoir régler une chaîne de mesure (électronique nucléaire).
UE 3 / Compétences en radioprotection et gestion des déchets : apporte de solides connaissances en radioprotection et dosimétrie, gestions des déchets, qualité, sûreté nucléaire et en chimie nucléaire. Les TP de chimie nucléaire et de radioprotection permettent de mettre en application les notions théoriques. Les bases du fonctionnement d’un réacteur nucléaire sont aussi présentées.
UE 4 / Compétences en acquisition et traitement des données : permet de savoir gérer et analyser les données de métrologie nucléaire et répond à des compétences recherchées dans le monde professionnel actuellement en particulier l’usage de Labview et des logiciels de simulation numérique (MCNPX, GEANT4, GATE).
UE 5a / Compétences en ingénierie des réacteurs et démantèlement : le but de cette UE est d’acquérir des notions précises sur le fonctionnement des réacteurs nucléaires industriels en incluant notamment des bases de mécanique des fluides et de thermique et sur le démantèlement des installations nucléaires. Les TP permettent une approche du pilotage d’un réacteur (neutronique, thermique) et sont réalisés entre autres sur le simulateur pleine échelle de la Centrale Nucléaire de Fessenheim.
UE 5b / Compétences en dosimétrie, imagerie et radioprotection médicale : le but de cette UE est d’acquérir une spécialisation dans le domaine de la radioprotection et de la dosimétrie en milieu médical incluant des notions sur l’imagerie médicale et l’instrumentation nucléaire médicale. Des TP réalisés entre autres dans un service de radiologie au CHU de Strasbourg complètent les approches théoriques des notions.
UE6 / Projet personnel de compétences : en plus d'un cours d'anglais, l’étudiant choisit 2 cours pour affiner son profil de compétences en ingénierie des réacteurs et démantèlement ou en radioprotection médicale. Dans cette liste on retrouve des cours des UE optionnelles 5a et 5b permettant ainsi d’ouvrir le champ de compétences et d’autres cours pour approfondir le profil « réacteur » ou « médical ».
UE 7 / Projet tuteuré : permet la réalisation d’un projet en petit groupe (3 à 4 étudiants) et comprend aussi la réalisation d’un travail de recherche bibliographique en binôme sur un sujet de radioprotection complété par une présentation orale. Des compétences transversales sont aussi dispensées dans cette UE (méthodologie du travail, valorisation des compétences).
UE 8 / Stage.
Les UE5a et 5b et les UE 6 à 8 correspondent à des enseignements laissant à l’étudiant plus de marge de choix dans les connaissances qu’il souhaite acquérir en accord avec son projet personnel d’avenir. Il pourra ainsi choisir de développer un profil avec une spécialité majeure orientée vers les réacteurs (et le démantèlement) UE5a ou vers la radioprotection en milieu médical UE5b et dans l’UE6 soit renforcer la majeure en choisissant des compétences supplémentaires de cette spécialité soit s’ouvrir sur l’autre domaine (spécialité mineure).

La licence professionnelle est un diplôme national délivré par une université conférant le grade de licence, qui se prépare en deux semestres après un bac + 2. La licence professionnelle valide l’obtention de 60 ECTS et correspond à un niveau global de 180 crédits.

Connaissances scientifiques à acquérir

La formation permet à l'étudiant d'acquérrir les connaissances suivantes :
  • les bases de la physique atomique et nucléaire
  • la connaissance de l'interaction rayonnement/matière et de la physique des détecteurs
  • des notions approfondies du fonctionnement des réacteurs nucléaires industriels français (neutronique, thermique)
  • de solides connaissances en radioprotection et dosimétrie, gestions des déchets, qualité, sûreté nucléaire
  • des notions de radiochimie
  • des connaissances en acquisition et traitement des données
  • des notions sur le démantèlement des réacteurs
  • des connaissances en imagerie médicale et radioprotection en milieu médical
  • des connaissances en anglais technique.

Description générale du contexte

La formation a pour objectif de donner à des étudiants ayant validé le niveau L2 ou titulaires d’un diplôme intermédiaire Bac + 2 ans (DUT, BTS) dans le domaine de la Physique et/ou de la Chimie les connaissances fondamentales et pratiques, le savoir-faire et une familiarité avec le milieu de l’industrie nucléaire et celui du nucléaire médical. Cette formation leur permettra d’être immédiatement opérationnels dans les entreprises et services des secteurs publics et privés dont l’activité est en relation avec l’industrie nucléaire : exploitation des installations nucléaires, cycle du combustible, instrumentation et métrologie nucléaire, radioprotection : aspects environnementaux et hospitaliers, démantèlement d’installations.
L’Université de Strasbourg, réputée depuis des décennies pour son activité de recherche en Physique Nucléaire, dispose d’un ensemble de compétences et d’une large expérience pédagogique dans les formations technologiques à divers niveaux et peut s’appuyer sur une base logistique constituée par l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC), soutien indispensable à une formation pratique de haut niveau.
  Des cours optionnels sont proposés afin de permettre aux étudiants de développer un profil plus orienté vers l’industrie nucléaire (fonctionnement des centrales nucléaires, démantèlement) ou vers le milieu médical (dosimétrie en milieu hospitalier, imagerie médicale).

Compétences à acquérir

Le diplômé doit être capable de :
  • maîtriser le phénomène de radioactivité et pouvoir expertiser une situation à risque
  • maîtriser l’instrumentation nucléaire et les techniques nucléaires associées
  • être compétent en radioprotection et en gestion des déchets
  • programmer sous Labview
  • savoir utiliser des logiciels de simulation numérique (type MCNPX, GEANT4, GATE) ;
  • connaître la chimie du cycle et pouvoir s’y impliquer (pour les étudiants chimistes).
  • pouvoir rédiger des procédures de vérification et de rectification des installations utilisant des rayonnements ionisants, pouvoir anticiper les risques et les dysfonctionnements
  • pouvoir occuper un poste de chef d’équipe de terrain.

Partenariats académiques ou professionnels

Une convention de partenariat a été signée avec EDF (CNPE de Fessenheim). Elle permet aux étudiants de réaliser des Travaux Pratiques encadrés par des formateurs EDF sur le simulateur de pilotage d’une centrale EDF (MISTRAL) et sur le simulateur d’ensemble suivi d’une visite du CNPE. Elle permet aussi la réalisation d’un enseignement de mécanique des fluides et de thermique appliquée au fonctionnement des réacteurs délivré par un ingénieur EDF travaillant dans le service d’assistance technique du pôle essai. Elle favorise aussi l’accueil d’un ou deux stagiaires par an pour la réalisation de leur stage de fin d’études (durée 6 mois).
Des professionnels EDF participent aux jurys de la formation, aux entretiens de recrutement des candidats, aux soutenances et à l’encadrement des stages et au conseil de perfectionnement.

Ouverture internationale

l’Institut des Transuraniens (ITU), laboratoire de la commission européenne de Karlsruhe, constitue à la fois un site à visiter intéressant pour nos étudiants (des visites ont été organisées dans le passé) et un « vivier » de spécialistes pour l’enseignement. Un cours de 3h sur le transport des matières radioactives à l’international est dispensé par une technicienne de l’ITU qui est aussi une ancienne étudiante de la formation.
Les étudiants sont encouragés à effectuer leur stage à l’étranger, des conventions de stage à l’étranger sont disponibles en anglais, une correspondante relations internationale à la Faculté de Physique et Ingénierie est à la disposition des étudiants pour les aider à trouver des bourses de voyage et à les aider dans leur démarche à l’étranger.
Des offres de postes à l’étranger sont transmises chaque année par la responsable de la formation aux étudiants (service de radioprotection du CERN à Genève, laboratoires de recherche en Suède, société Novarka en Ukraine,…). 5,5% des diplômés exercent leur profession à l’étranger (Suisse, Angleterre).
 
  • Langue du parcours :Français
  • ECTS :60
  • Volume horaire TPTDCICM
  • Formation initiale
    Formation continue
  • Apprentissage
    Contrat de professionnalisation
  • Stage : durée (en semaines):16

Objectifs du programme

La formation a pour objectif de donner à des étudiants ayant validé le niveau L2 ou titulaires d’un diplôme intermédiaire Bac + 2 ans (DUT, BTS) dans le domaine de la Physique et/ou de la Chimie les connaissances fondamentales et pratiques, le savoir-faire et une familiarité avec le milieu de l’industrie nucléaire et celui du nucléaire médical. Cette formation leur permettra d’être immédiatement opérationnels dans les entreprises et services des secteurs publics et privés dont l’activité est en relation avec l’industrie nucléaire : exploitation des installations nucléaires, cycle du combustible, instrumentation et métrologie nucléaire, radioprotection : aspects environnementaux et hospitaliers, démantèlement d’installations.

Compétences à acquérir

Compétences générales disciplinaires :
1/ Maîtriser l‘environnement technique
  • Connaître les bases de la physique atomique et nucléaire
  • Maîtriser la détection des rayonnements : connaître l’interaction rayonnement/matière, le fonctionnement des détecteurs et savoir les utiliser
  • Connaître le fonctionnement des REP (neutronique, mécanique des fluides, thermique)
  • Connaître le cadre réglementaire et technique du démantèlement d’installations nucléaires
  • Connaitre la chimie du cycle
2/ Etre performant techniquement sur site
  • Appliquer une procédure de travail
  • Effectuer le réglage d’une chaîne de spectrométrie nucléaire
  • Mettre en œuvre le traitement et l’acquisition des données
  • Présenter une mesure (calcul d’incertitude)
  • Poser un diagnostic en fonction de l’analyse de mesures
  • Utiliser des logiciels de simulation numérique
3/ Sécuriser une zone de travail
  • Rédiger les procédures en se conformant à la réglementation en radioprotection
  • Définir une zone contrôlée, un zonage
  • Participer à un chantier de démantèlement
  • Connaître la dosimétrie en milieu médical
  • Gérer les déchets nucléaires
4/ Maîtriser les situations
  • Savoir contrôler une installation en cohérence avec ses conditions d’utilisation
  • Réagir face à une situation anormale et adopter un comportement privilégiant en premier lieu la sûreté
  • Hiérarchiser les enjeux de radioprotection des différentes situations de travail
  • Se remettre en question; faire preuve d'esprit critique, débattre, controverser et/ou défendre ses idées.

Compétences transversales :
5/ Synthétiser et communiquer des informations
  • Savoir utiliser les outils numériques de c ommunication et de travail collaboratif
  • Communiquer auprès des personnes à protéger
  • Présenter ses résultats (oral et écrit) avec efficacité
  • Faire une synthèse technique qui montre l’importance des actions à effectuer
  • Maîtriser l’anglais technique
6/ S’intégrer à une équipe de travail
  • Participer activement à un travail d’équipe (partage des tâches, respect des missions)
  • Gérer une équipe
  • S’insérer rapidement dans la vie active (CV, Lettre de motivation, entretien)
7/ Etre autonome dans ses activités
  • Analyser les besoins et définir ses activités
  • Mettre en place un protocole expérimental
  • Etre autonome dans l'activité d'écriture et montrer à cette occasion sa capacité à communiquer sa pensée, à raisonner et à organiser ses connaissances

Contact(s)

Isabelle Rossini

Équipe pédagogique

Nicolas Arbor

Benoit Gall

Abdelmjid Nourreddine

Marc Rousseau

Conditions d'admission

Cette formation est sélective ; après une première sélection sur dossier, les étudiants retenus sont conviés à une audition. Ne sont recrutés que les étudiants qui ont un niveau d’entrée et une motivation compatibles avec cette formation exigeante. Les jurys d’audition, gérés par le responsable, sont constitués par les enseignants de la formation y compris certains industriels locaux. L'effectif est limité à 24 étudiants.

Publics visés

Les candidats doivent être titulaires d'un niveau bac+2 dans le domaine scientifique : par exemple
  • L2 Sciences (Physique, Chimie, STPI, ...)
  • DUT (MP, Chimie, GEII, GTE, HSE, ...)
  • BTS (TPIL, Chimie, CIRA, Environnement Nucléaire, ...)

Modalités d'inscription

https://www.unistra.fr/index.php?id=14804&utm_source=unistra_fr&utm_medium=unistra_fr_homepage

Pré-requis obligatoires

Avoir validé un niveau bac+2 scientifique

Pré-requis recommandés

Etre titulaire d'un DUT (MP, Chimie, GEII, GTE, HSE), BTS (TPIL, EN, chimie, CIRA), L2 Sciences (Physique, chimie, PC, STPI).

Débouchés

L’ensemble des activités relevant du secteur nucléaire présente une grande diversité (médecine, industrie, agriculture, …), nécessite des activités de Recherche et de Développement importantes et correspond à un aspect économique essentiel au plan national. Ce secteur, qui représente environ 220 000 emplois et doit avoir une grande exigence de qualité, peut trouver dans les formations existantes les cadres nécessaires au niveau supérieur, mais non au niveau des Agents de Maîtrise, Cadres moyens et Techniciens Supérieurs. Le recrutement dans ce secteur est actuellement en plein essor en particulier pour faire face aux besoins de personnels qualifiés pour assurer le démantèlement des anciennes centrales nucléaires, phénomène qui va s’accroître encore dans la décennie à venir. De plus les exigences en matière de radioprotection (nouvelles réglementations nationales et européennes) et de maintenance du matériel utilisant des rayonnements ionisants (normes, qualité) en particulier dans le milieu médical et dentaire suscitent la création de nombreux emplois de techniciens dosimétristes et de sociétés de conseil en radioprotection. Cette licence professionnelle (LP) permet une insertion professionnelle directe dans plusieurs secteurs :
  • le milieu industriel (utilisateurs de rayonnements ionisants, concepteurs d’instruments,…)
  • le domaine électronucléaire (CNPE EDF, sociétés prestataires de services : DAHER, ONET, ASSYSTEM …)
  • la radiochimie (fabrication du combustible, mesures environnementales, …)
  • les laboratoires de recherche (CEA, CNRS)
  • les organismes de mesure et de contrôle publics, parapublics (ASN, IRSN, APAVE,…) ou privés
  • le milieu médical utilisant les rayonnements ionisants
  • les sociétés de service ou de conseil en radioprotection.
Les métiers occupés sont ceux de technicien en radioprotection, technicien de mesures nucléaires ou radiologiques, technicien chargé de l’inspection radioprotection et qualité, technicien sécurité radioprotection, technicien en surveillance de l’environnement, technicien chimiste environnement, technicien en gestion des déchets nucléaires, technicien essais nucléaires, formateur en radioprotection, chef de chantier radioprotection, etc.

Aide à la poursuite d'étude/insertion professionnelle

Des offres d'emplois sont régulièrement transmises par la responsable de la formation durant l'année et aussi aux anciens étudiants qui ont souhaité communiquer leurs cooordonnées.

Codes Rome

  • H1301 - Inspection de conformité
  • H1303 - Intervention technique en Hygiène Sécurité Environnement -HSE- industriel
  • H1210 - Intervention technique en études, recherche et développement
  • H1503 - Intervention technique en laboratoire d'analyse industrielle
  • H2701 - Pilotage d'installation énergétique et pétrochimique

Structure et organisation pédagogiques

La mention ne dispose que d'un seul parcours : Techniques Nucléaires et Radioprotection (TNRP).
La formation peut être suivie en cursus classique, en alternance (apprentissage, contrat de professionnalisation) ou en formation continue.
La formation comprend 8 unités d’enseignement (UE). Les enseignements peuvent être suivis en alternance pour les étudiants en apprentissage ou en contrat de professionnalisation selon un calendrier publié sur le site de la Faculté de physique et Ingénierie.Pour le cursus classique les enseignements ont lieu de septembre à mars et sont suivis d’un stage long en entreprise obligatoire de 12 semaines minimum à 6 mois maximum se déroulant d’avril à fin septembre.
Des cours optionnels sont proposés (UE5 et UE6) et représentent environ 20% du volume horaire de la formation. La spécialisation est aussi renforcée par le choix des sujets de projets personnels étudiants (UE7) et des travaux encadrés de recherche en radioprotection (UE7), la partie spécialisation représente alors environ 30% du volume horaire de la formation.
Les 8 UE de la formation correspondent à des blocs de compétences bien identifiés favorisant ainsi la lisibilité du projet professionnel de l’étudiant. La formation ayant pour but de transmettre de solides compétences théoriques et pratiques, ces UE recouvrent à la fois un aspect scientifique et des compétences de terrain.

Programme des enseignements

Techniques nucléaires et radioprotection (TNRP)

Contact

Faculté de Physique et Ingénierie

3-5 RUE DE L'UNIVERSITE
67000 STRASBOURG

Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
Logo HRS4R