Pourquoi les enseignants se forment à la pédagogie…

22/01/18

En septembre dernier, l’Université de Strasbourg a ouvert un diplôme d’université « pédagogie de l’enseignement supérieur ». Porté par l’Institut de développement et d’innovation pédagogiques (Idip), ce nouveau DU, inédit sous cette forme en France, accueille une promotion de 14 enseignants issus de l’université. Des enseignants confirmés qui choisissent de se former à la pédagogie : une drôle d’idée ?

« Ma motivation principale, c’est de devenir un meilleur enseignant, tout simplement », explique Catherine-Isabelle Gros. Maître de conférence en radiologie dentaire et praticien hospitalier (chirurgien-dentiste), elle enseigne depuis 4 ans à la faculté de chirurgie dentaire, l’art et la manière de pratiquer et d’utiliser l’imagerie médicale dans ce métier.

« J’enseigne à un public hétérogène, des étudiants depuis la 2e à la 6e année, ainsi qu’en formation continue à des adultes de tous les âges qui ont eu des formations initiales très différentes. Cela nécessite des techniques pédagogiques assez solides, pour adapter la transmission de connaissance à chaque public. » Déjà participante habituelle des ateliers de l’Idip, Catherine-Isabelle Gros a sauté sur l’occasion de s’inscrire dans ce DU, motivée par la perspective de s’améliorer dans ce domaine, d’acquérir de nouvelles méthodes, de nouveaux outils pour l’aider dans son travail et de nourrir sa réflexion quotidienne.

Jean-Christophe Gallet, quant à lui, est initialement enseignant de lettres modernes. Après plusieurs années de coopération culturelle à l’étranger, il revient en France, enseigne dans différentes universités, avant d’intégrer le département de Langues étrangères appliquées de l’Unistra en 2013, pour se consacrer aux techniques d’expression écrite et orale. Il n’a pas hésité non plus à s’inscrire dans le DU : « ce que j’en attends, c’est qu’il m’aide à modifier ma façon de concevoir mon enseignement en remettant la réflexion pédagogique au cœur du processus de création d’un cours. Et aussi que cette formation transforme mon regard sur mes étudiants. Ce chemin me paraît nécessaire pour répondre aux défis posés par les nouvelles conditions d’exercice du métier », explique-t-il : cohortes universitaires toujours plus larges, en travaux dirigés comme en cours magistraux, génération Z dont les connaissances et modes d’apprentissage sont formatés par les écrans numériques, et une difficulté supplémentaire pour lui, qui tient à la valorisation de l’expression en français dans une filière dédiée aux langues étrangères.

Un métier qui exige de s’adapter sans cesse

C’est précisément pour répondre à ces besoins diversement exprimés des enseignants du supérieur de s’améliorer en matière de technique et de démarche pédagogique que l’Idip a ouvert ce DU. Comme tous les métiers (peut-être plus que d’autres métiers ?), l’enseignement nécessite de la formation continue, l’acquisition de nouvelle compétences, aussi parce que les générations d’étudiants se suivent sans forcément se ressembler.

La formation a précisément pour objectif d’aider les enseignants-chercheurs à identifier leurs besoins de développement pédagogique, à trouver les ressources pour assurer ce développement, et à se donner les moyens d’appliquer ces changements dans leurs pratiques pédagogiques quotidiennes.

Elle se construit autour d’un cheminement d’une année (éventuellement deux) organisée autour d’une cinquantaine d’heures d’ateliers de formation et de séminaires, auxquelles s’ajoutent au moins cent heures pour le projet pédagogique personnel. Ce projet est l’élément différentiant du DU, qui fait de lui une formation unique en France. Il permet d’élaborer et de mettre en œuvre un projet de transformation ou d’innovation pédagogique, en bénéficiant de l’accompagnement d’un conseiller pédagogique. La clé de la formation est aussi l’engagement dans la démarche SoTL (scholarship of teaching and learning) qui encourage la pratique réflexive des enseignants et même une approche scientifique de sa pédagogie.

Enfin, le DU s’inscrit dans la stratégie de l’établissement qui vise à accompagner, reconnaître et valoriser l’engagement pédagogique des enseignants-chercheurs.

Caroline Laplane