22, 23 et 24 novembre : l’art de « devenir » un véritable alumni de l’Université de Strasbourg

Lieu d’expérimentation par excellence, l’université donne souvent l’opportunité de vivre des expériences inédites. Dernier exemple en date : les 22, 23 et 24 novembre dernier, se tenaient les premières journées des alumni de l’Université de Strasbourg.  Une première fois pour l’établissement, mais aussi pour moi ! Récit d’une aventure dans laquelle j’ai découvert comment on devient vraiment un alumni ...

Vendredi 22 novembre. Il est midi et la table-ronde d’ouverture des journées des alumni va commencer. Une partie de l’équipe présidentielle (dont Alain Beretz) et le président de la Fondation, Régis Bello, qui a été chef d’entreprise, débattent autour d’une thématique qui a le vent en poupe à l’université : « dépasser les frontières ». Frontières physiques, académiques, entre l’université et le monde économique, l’université et la cité, entre les disciplines universitaires : beaucoup de frontières à faire tomber, en fait… Agnès Villanueva, responsable du Service relations alumni, qui a porté l’organisation de ces journées avec sa petite équipe, en profite pour lancer officiellement les journées : « le programme est riche, alors profitez-en ! ».

Vivre ces premières journées alumni, ça pique ma curiosité. Personnellement, je suis alumni, versant « personnel » de l’université, car (ne le dites à personne !) je ne suis pas diplômée de l’Université de Strasbourg.

Règle n°1 : bien s’organiser

J’ai commencé par me plonger dans le programme plusieurs jours avant le début de la manifestation. Plus de 70 événements organisés sur 3 jours, si on veut en profiter, et ne rien rater qui nous semble important, il faut bien s’organiser. En début de ce vendredi après-midi, j’ai choisi de me rendre sur le site hospitalo-universitaire pour visiter la Faculté de chirurgie dentaire qui vient d’être entièrement rénovée ; puis le campus Tech Med (Ph 8). En arrivant sur site, je croise des collègues qui vont visiter les caves des hospices civils, profitant du volant plus « culturel » des événements proposés. L’épicurienne en moi est bien tentée de les suivre, mais, je suis mon programme ! La visite de la Faculté de chirurgie dentaire s’avèrera d’ailleurs passionnante : les locaux ont été magnifiquement rénovés et je comprends enfin ce que sont les « fantômes », ces faux patients sur les dents de plâtre desquels les étudiants se font la main avant d’intervenir sur de vraies dents.
La visite à peine terminée, je cours vers le siège de PH8, le campus de technologies médicales installé par la Communauté urbaine de Strasbourg dans un ancien bâtiment de la faculté de médecine. J’apprends que ce projet économique en lien direct avec l’activité de l’hôpital mais aussi de la recherche hospitalo-universitaire devrait générer la création de plusieurs centaines d’emplois à terme.

Règle n°2 : en profiter pour faire connaissance

En fin d’après-midi, je reviens au Patio, où le Service relations alumni a installé son quartier général. Dans l’amphi Cavaillès, une nouvelle table-ronde commence, consacrée à la définition du rôle que peut jouer le réseau des alumni dans l’emploi des jeunes diplômés.  Plusieurs alumni y témoignent de leur expérience : tous ont fait une belle carrière dans l’université, la recherche, en entreprise ou en politique (Catherine Trautmann, Jean-Louis Mandel, Christian Mestre, Dominique Jung, Albert Hamm, Alain Beretz, Jean Weber). Alain Beretz en profite pour lancer l’opération de parrainage, qui vise à mettre en lien un étudiant et un alumni sur une période de 4 à 6 mois.

Je mets à profit le temps convivial qui suit pour discuter avec certains collègues que la grande Université de Strasbourg me donne peu l’opportunité de croiser, ou bien avec des diplômés que j’ai l’occasion de rencontrer, de fait ! La soirée d’ouverture s’achève par un concert des Weepers Circus dont tous les artistes sont des alumni.

Règle n° 3 : ouvrir ses oreilles

Samedi, je laisse de côté le programme pourtant alléchant de la matinée  pour faire face à mes obligations familiales. A 14h30, j’embraye sur une série de tables-rondes et conférences sur le campus central : une table-ronde sur la formation tout au long de la vie, les excellentes conférences d’Albert Hamm (linguistique) et de David Le Breton (conduites à risque des jeunes et des pratiquants de sports extrêmes), puis pour finir une nouvelle table-ronde qui réunit cinq alumni venus témoigner de leur vie estudiantine à l’Université de Strasbourg, dans un passé plus ou moins lointain. L’émotion est au rendez-vous ainsi qu’une bonne dose d’humour ...

Bon, dommage qu’on ne soit pas nombreux dans les amphis, car les prestations sont vraiment intéressantes. Il faut dire qu’il fait un temps à ne pas mettre un alumni dehors et nombre d’entre eux doivent tabler sur la possibilité de regarder les vidéos des conférences qui sont filmées par le département de production audio-visuelle de l’université.

Règle n° 4 : retrouver sa robe de gala

Pour finir, je brave la tempête pour rejoindre la soirée de gala qui se tient dans les prestigieux salons de l’hôtel de ville de Strasbourg, place Broglie. Un très joli moment de convivialité, animé par les prestations musicales du CFMI, de l’Orchestre universitaire de Strasbourg et d’une artiste lyrique alumni de grand talent, Marie Bochelen. Le recteur d’académie est là, de nombreux élus des collectivités territoriales et une belle « série » d’anciens présidents des universités strasbourgeoises tiennent compagnie à Alain Beretz. Le lieu est superbe, l’ambiance chaleureuse et décontractée, on voit que les gens sont contents d’être là, ensemble, comme une vraie communauté. « C’était l’objectif, non ? », conclut Agnès Villanueva.

Dimanche, les plus mordus d’entre nous auront pu encore profiter d’un programme de visites culturelles, et d’un brunch « international ». Pour ma part, j’ai lâché ma casquette d’alumni  l’espace d’un dimanche familial. Ce qui ne m’a pas empêché de méditer sur la richesse de ce que j’ai appris, compris et apprécié de cette expérience. Les prochaines journées sont programmées pour 2015. C’est sûr, je m’inscris !

Caroline Laplane
Chargée de communication à l’Université de Strasbourg
Alumni

Plus d’informations sur le site des alumni

Photos de la manifestation

Établissement associé de l'Université de Strasbourg
Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
HRS4R