Un prix Pépite sur le campus de Cronenbourg !

12/10/2020

Julien Masseron, 24 ans, vient de remporter l'un des 29 prix Pépite, qui récompensent des profils prometteurs d'étudiants entrepreneurs dans toute la France. Passionné par la radioactivité, l'ingénieur en instrumentation et mesures nucléaires à l'Université de Strasbourg porte avec trois associés un projet de start-up visant à cartographier par drone la radioactivité environnementale d'un site. Entretien.

Julien Masseron cumule deux statuts : ingénieur sur le campus de Cronenbourg, et étudiant entrepreneur. Crédit photo : Nicolas Busser.
Julien Masseron cumule deux statuts : ingénieur
sur le campus de Cronenbourg, et étudiant
entrepreneur. Crédit photo : Nicolas Busser.

Qu'est-ce que le projet Smartium ?

La start-up Smartium fait suite au projet Mercure, porté par mon collègue Emilien Wilhelm. Nicolas Arbor, maître de conférences à l’Université de Strasbourg, est le responsable scientifique. Ce projet consiste développer un système de cartographie par drone la radioactivité environnementale d'un site. Ce projet a remporté le 3e prix du concours Docteurs-entrepreneurs, en 2018. Le nom de l'entreprise fait référence à l'intelligence que nous allons apporter dans la mesure. L'intelligence artificielle que nous avons conçue, associée à des techniques de détection innovantes, permettra des mesures à distance, avec une sensibilité et une fiabilité qui n'existent nulle part ailleurs.

Quels sont votre parcours et vos motivations ?

Depuis le lycée, je suis passionné par la radioactivité. J'ai notamment adoré participer, en Première, aux Ateliers de la radioprotection, organisés par les grands acteurs de la radioprotection à travers l'Europe (en France, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, l’Autorité de sûreté nucléaire, le Centre d'étude sur l'évaluation de la protection dans le domaine nucléaire, etc.). Cette édition a eu lieu au CERN (European Organization for Nuclear Research), à Genève. Quelques semaines après mon retour, j'ai d’ailleurs participé aux masterclass en physique des particules à l'Institut pluridisciplinaire Hubert-Curien (IPHC), à Strasbourg. Autant dire que j'étais aux anges !

Après un bac scientifique, j'ai fait une licence et un master (parcours Physique des rayonnements, détecteurs, instrumentation et imagerie) en physique à l'Université de Strasbourg. J'ai fait mon stage de licence 3 à l'IPHC, sur la détection de rayonnements gamma. Ça a été la révélation ! J'étais passionné par le sujet, et j'ai recontacté l'équipe pour mon stage de master 1.

Passionné par la radioactivité, l'environnement du nucléaire et doté d'un goût de la recherche appliquée, j'envisageais de faire une thèse, pour travailler ensuite dans l'industrie. Mais je ne m'imaginais pas du tout monter ma propre entreprise !

Quel a été le déclic ?

Quand j'étais en stage de master 1, le projet Mercure commençait à devenir prometteur. Ma mission a consisté à réaliser un état de l'art du domaine. Le sujet m'a passionné et j'ai même prolongé le stage. C'est donc assez naturellement que j'ai poursuivi par un stage de fin d'études. A cette époque, Emilien Wilhelm venait d'obtenir un financement de 244 000 € sur dix-huit mois de la SATT Conectus pour le projet Mercure, grâce à son prix au concours Docteurs-entrepreneurs. Cela a permis de financer mon stage, puis mon embauche : je suis actuellement ingénieur au sein de l'équipe, pour un an.

La start-up Smartium, qui sera créée en 2021, fait suite au projet Mercure. Ambition : développer un système de cartographie très précise, par drone, de la radioactivité d'un site. Crédit photo : Nicolas Busser.
La start-up Smartium, qui sera créée en 2021,
fait suite au projet Mercure. Ambition :
développer un système de cartographie très
précise, par drone, de la radioactivité d'un site.
Crédit photo : Nicolas Busser.

En parallèle, j'ai obtenu le statut d'étudiant entrepreneur grâce au dispositif Etena de l'Université de Strasbourg. Cela me permet de garder le statut d'étudiant et les avantages associés, tout en me consacrant au projet d'entreprise.

Ma candidature au prix Pépite Etena a été retenue, et j'ai eu l'honneur de participer à la cérémonie de remise des prix Pépite le 6 octobre au ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, en présence de Frédérique Vidal. Nous avons remporté une récompense de 10 000 € qui sera remise à l’entreprise, une fois qu’elle sera créée. Cela va nous permettre de démarrer dans de bonnes conditions.

Comment va se passer la suite ?

Quand Conectus investit dans un projet, s'il s'avère viable il peut soit donner lieu à la vente d'une licence d'exploitation par un industriel, soit déboucher sur la création d'une entreprise par les acteurs du projet. Le projet Mercure, avec la start-up Smartium, est dans ce deuxième cas.

Le financement de Conectus est, dans notre cas, associé à un accompagnement par un consultant, en l’occurrence Jérôme Thomann, dont la mission est d'évaluer le potentiel commercial du projet et de nous guider vers son succès. Sa présence est précieuse, car il apporte la vision d'entreprise que nous n'avons pas et nous permet de nous concentrer sur notre cœur de métier, tout en faisant les bons choix stratégiques. Nous avons d'ailleurs prévu de créer l'entreprise en nous associant à lui.

Pour la prochaine étape, nous espérons bénéficier d’un accompagnement auprès de Semia, incubateur de start-up, pour concrétiser la création de notre entreprise. Elle devrait voir le jour au premier semestre 2021.

Un conseil pour les étudiants qui voudraient se lancer dans l'entrepreneuriat ?

Osez ! N'hésitez pas à prendre des risques, mais sachez vous entourer. Et acceptez les points de vue différents du vôtre. Car même si le projet prend une forme un peu différente lorsqu'il entre sur le marché, l'âme du projet reste insufflée par son créateur.

Propos recueillis par Nicolas Busser

L’entrepreneuriat : une expérience à découvrir !

Durant tout le mois d’octobre, Pépite Etena (Etudiants entrepreneurs Alsace) propose de découvrir le statut d’étudiant entrepreneur. Des interviews, des parcours, une série « la boîte de tes rêves » pour aller à la rencontre – digitale - de ceux qui se sont lancés dans l’aventure. Physiciens, biologistes, développeurs, artistes... Venez rejoindre la communauté des jeunes entrepreneurs alsaciens et réaliser votre projet grâce au statut étudiant entrepreneur !

Retrouvez, en ligne, des rendez-vous quotidiens et d'autres plus particuliers lors de la Semaine étudiante de l’esprit d’entreprendre, du 12 au 16 octobre.

Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
Logo HRS4R