Ecole d'été Nagoya-Strasbourg-Freiburg

Retour sur l'événement : deux témoignages de doctorants

Article Lionel Debus (doctorant en aménagement-architecture, AMUP)

Impressions japonaises.

Il nous aura fallu près de 24 heures pour arriver à bon port. Mégalopoles et pagodes, les paysages de Honshu défilent, à peine perceptibles à travers les hublots du shinkansen. Les neiges éternelles du Fujiyama veillent sur nous, bercés par le balancement fluide du train futuriste. Sortir de la carlingue, le corps déglingué, courir de gare en gare, un peu largués, et finir enfin, complètement déglingués, fashionably late, par nous attabler avec nos camarades internationaux, étrangers en terre étrange. Les plats hauts en couleur, l’umami, la langue mélodieuse des hôtes nippons, les kimonos chatoyants, le chant estival des criquets et des corneilles… Nous en prenons plein la vue, les sens émoussés par un voyage interminable. Nous vivons comme suspendus hors du temps, aidés par un décalage horaire auquel on ne se fait. Le jour, les idées, fussent-elles lumineuses, fusent de part et d’autres. Les débats font rage et les langues se délient. La nuit, des amitiés se lient, rapidement, le saké aidant, par-delà les frontières, par-delà les cultures, et malgré les fausses notes au karaoké. La semaine file à une vitesse folle, et s’achève comme elle a commencé. Déjà, les instants remémorés se superposent et se mêlent en un improbable kaléidoscope de souvenirs, de ceux qui vous laissent un sourire fugace et nostalgique, et illuminent une journée pluvieuse du mois de septembre. Avec l’envie, non, la certitude, d’un retour imminent au Pays du Soleil Levant.

Article Jan Orszagh (doctorant en philologie classique, CARRA)

Etant de sept nationalités différentes et provenant d’une variété d’écoles doctorales, notre délégation strasbourgeoise se distinguait par son caractère à la fois pluridisciplinaire et international. L’un des quatre thèmes discutés dans les workshops étant la diversité, notre équipe s’insérait parfaitement dans ce cadre et elle a su en outre –de par sa composition – apporter une contribution originale à l’école d’été à Nagoya.

L’aventure nagoyenne était l’opportunité de faire connaissance avec la culture japonaise ainsi que de saisir certaines différences entre l’Extrême-Orient asiatique et l’Europe. Peut-être est-il opportun de présenter mes impressions en m’appuyant sur le schéma des quatre axes thématiques auxquels l’école d’été était dédiée.

Le Japon, fidèle à son surnom, est de fait inondé par les rayons solaires depuis tôt le matin : la LUMIERE se fait jour avant 5 h au pays du soleil levant. Le soir, les lumières brillantes éclairent les rues de la capitale de la préfecture d’Aichi et on reconnaît facilement la silhouette dominante de la tour de télévision illuminée qui rappelle la tour Eiffel : elle se situe d’ailleurs sur l’avenue centrale de Nagoya, partenaire des Champs-Elysées...

Franchir les FRONTIERES posait sans doute un défi pour les trois équipes, mais elles ont été à la hauteur d’y répondre : le fait d’avoir traversé, en onze heures de vol, plusieurs frontières et des fuseaux horaire avait peut-être suscité de légères difficultés au début de notre séjour, mais nous avons rapidement été amenés à les surmonter en relevant le défi de dépasser les frontières linguistiques et culturelles.

Et nous avons réussi : les workshops, en nous contraignant à élaborer un sujet afin de préparer une présentation de groupe, nous ont donné la possibilité d’aller au-delà des limitations de notre pensée et de notre culture, et nous ont ouvert la voie vers l’acceptation de la DIVERSITE. Celle-ci était au cœur même de l’école d’été qui nous a invités à apprendre à connaître les diverses façons de penser aussi bien individuelles que celles issues des traditions de nos pays respectifs.

Ainsi, le TEMPS passé sur le sol nippon, aussi court fût-il, marquera sans nul doute nos parcours tant professionnels que personnels : il a été l’occasion de prendre connaissance de nos atouts et nos limites et d’échanger des idées relevant de visions parfois différentes du monde. Mais surtout il nous a permis de vivre des moments inoubliables autour du travail en commun, non moins que ceux de détente et de curiosité que ce soit à Nagoya ou pendant la visite à Kyoto, ancienne capitale du Japon.