Nouveaux cursus à l'université

Les Nouveaux cursus à l'université (NCU) soutiennent la formation par des expérimentations de diversification des parcours en licence et le développement de l’offre universitaire de formation professionnelle afin de construire l’université de la formation tout au long de la vie.

Porté par l’Université de Strasbourg au nom de l’Université Ouverte des Humanités (UOH) et de ses partenaires, le projet ECRI+ obtient un financement de 9 332 000 euros pendant dix ans.

Le projet ECRI + est un dispositif d’évaluation, de formation et de certification dédié à l’amélioration de l’expression et de la compréhension écrites du français.

La maîtrise de la langue française est primordiale à tous les niveaux du système scolaire et devient cruciale à l’entrée dans l’enseignement supérieur. Or, une part importante des étudiants rencontre des difficultés dans la maitrise du français académique, en particulier écrit. Face à cette situation, il incombe aux universités de prévoir et d’organiser des dispositifs d’amélioration des compétences rédactionnelles du français. Aucune des solutions présentes sur le marché ne leur convient tout à fait. Par ailleurs, développer, à l’échelle de l’établissement, des solutions équivalentes ajustées aux exigences universitaires est trop onéreux. Face à ce fort besoin de formation transversale, il apparaît indispensable de développer un dispositif national d’évaluation, de formation et de certification des compétences d’expression et de compréhension écrites en français. Pour ce faire, ECRI+ propose la co-construction pluri-établissements d’un service en ligne partagé et la généralisation de formations dédiées dans chaque établissement.

Gratuit pour les établissements publics de l’enseignement supérieur et leurs étudiants, le service en ligne sera plus global et plus systémique que les plateformes commerciales les mieux présentes sur le marché. Ses objectifs sont les suivants :
- mesurer les compétences en expression et compréhension écrites du français (diagnostic)
- pour les étudiants, apprendre en se testant (évaluation formative)
- pour les établissements, certifier (évaluation sommative)
- pour les enseignants, améliorer la pédagogie en mettant en commun la connaissance et des outils.

Principalement en Licence, mais aussi dans d’autres niveaux de formation, ECRI+ accompagnera stratégiquement et pédagogiquement les établissements dans la mise en place et le développement de formations ad hoc. Il fédèrera une communauté inter-établissement solidaire, dans laquelle les plus avancés transfèreront leurs compétences et où chacun fera bénéficier les autres de ses pratiques et expérimentations. Ouvert et évolutif, il accueillera toutes les initiatives désireuses de contribuer, via le développement des compétences en français écrit, à la réussite des étudiants.

Les publics prioritairement ciblés sont les étudiants de niveau licence des universités françaises. Dans un premier temps, le dispositif concernera les 13 établissements partenaires du projet, soit potentiellement 160 000 étudiants, qui ne seront toutefois pas tous concernés en même temps selon le déploiement de formation au sein des établissements. La cible s’élargira ensuite aux établissements partenaires de l’UOH, soit potentiellement 315 000 étudiants. L’objectif est qu’in fine ECRI+ s’étende à l’ensemble des universités françaises.

La contractualisation entre les différents partenaires sera la première étape de mise en oeuvre du projet ECRI+. Suivra ensuite, au bout de trois ans, la mise à disposition sur Internet du service en ligne opérationnel et testé, ainsi que de formations dédiées dans les établissements partenaires pour les étudiants de Licence. Au bout de six ans, il est prévu que le dispositif soit au moins déployé dans les établissements français partenaires de l’UOH.

Coordonnés par l’UOH, 15 partenaires, dont 11 Universités, se regroupent pour développer ce dispositif national : les universités de Paris Nanterre, Nice Sophia Antipolis, Paul-Valéry Montpellier 3, Caen Normandie, du Maine, Grenoble Alpes, Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Toulouse Jean Jaurès, l’Université de Strasbourg et l’Université Concordia de Montréal (partenaire associé), VetAgro Sup, le Centre universitaire de Mayotte, le groupement d'intérêt public PIX et l’Institut de Recherche et d’Innovation.