Ecoles universitaires de recherche

 

Traitement de la douleur, biologie intégrative, chimie des systèmes complexes, nanosciences-physique quantique : les quatre écoles universitaires de recherche (EUR) lauréates portées par l’Université de Strasbourg sont rattachées à ces domaines. Les équipes de recherche concernées obtiennent un montant total de 25,7 millions d’euros. Elles réunissent 23 unités de recherche, sept composantes de formation et quatre écoles doctorales.
Cinquième projet retenu, le Réseau universitaire de recherche en démographie et sciences de la population (Redpop), auquel l’Université de Strasbourg est partie prenante, est porté par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

L’enjeu des écoles universitaires de recherche est d’assurer un continuum entre formation et recherche (master-doctorat) et de développer des actions de valorisation et à l’international.

Les EUR, nouveau modèle de "graduate school à la française", induisent un profond changement dans l’organisation universitaire française, favorisant la lisibilité des filières à l’international et créant un continuum entre master, doctorat et insertion professionnelle, sur la base d’une recherche du plus haut niveau.

Focus sur les projets strasbourgeois retenus "écoles universitaires de recherche"

  • CSC-IGS : Chemistry of Complex Systems Int Grad School (Domaine sciences et technologie : chimie des systèmes complexes)
  • EURIDOL : Graduate School of Pain (Domaine vie et santé : approche pluridisciplinaire de la douleur)
  • IMCBio : Integrative Molecular and Cellular Biology (Domaine vie et santé : biologie moléculaire)
  • QMat : Quantum Nanomaterials and Nanoscience (Domaine sciences et technologie : physique quantique)

EUR portée par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

  • REDPOP : Graduate School Network in Demography and Population sciences - Réseau Universitaire de Recherche en Démographie et sciences de la population (Domaine sciences humaines et sociales : démographie)

Ce nouveau succès pour l’Université de Strasbourg est également le résultat du travail initié par les LabEx impliqués dans ces EUR (CSC, Medalis, INRT, NetRNA, MitoCross, NIE) et le fruit des collaborations étroitement menées entre l'Université de Strasbourg, ses partenaires - le CNRS et l’Inserm -, et la SATT Conectus Alsace.