Développement économique

Dans le cadre d’une politique volontariste pour développer le potentiel de valorisation de la recherche en partenariat avec les collectivités locales et la SATT Conectus Alsace, l’Université de Strasbourg, grâce à l’IdEx, a pu créer des conditions propices au soutien de projets à fort potentiel nécessitant souplesse et réactivité.

Des liens plus étroits avec l’environnement socio-économique ont favorisé l’émergence de projets novateurs :

Le regard de Michel de Mathelin, Vice-président Valorisation et relations avec le monde socio-économique

Quel bilan tirez-vous de l’IdEx en matière de Développement économique ?

En matière de valorisation, le levier Développement économique de l’IdEx a favorisé l’émergence d’un certain nombre de projets innovants et originaux, parmi lesquels l’usine-école EASE. Elaborée en partenariat avec le pôle de compétitivité Alsace BioValley et dédiée à la formation aux métiers de la production en milieu aseptique, ce centre de formation s’avère unique en son genre, en France comme en Europe. En permettant une immersion totale des apprenants en conditions réelles, l’usine-école EASE répond ainsi parfaitement aux besoins exprimés par nos partenaires de l’industrie pharmaceutique et des biotechnologies en général, à leurs attentes en matière de formation de leurs employés ou futurs employés.

 

D’autres actions représentatives méritent d’être mentionnées, comme la mise en place d’un réseau Alumni qui fête son cinquième anniversaire et compte désormais plus de 15 000 membres, ou encore le lancement du dispositif Entrepreneuriat Etudiants intégrant la création d’un diplôme d’étudiant entrepreneur et accompagnant ces étudiants d’un statut dans le cadre du dispositif national Pépite Etena.

 

J’ajoute que notre politique de développement économique est renforcée par le travail que nous développons en collaboration avec la SATT Conectus Alsace. Preuve en est du classement « Nature Index 2017 Innovation » publié en août 2017. Mesurant l’impact de la recherche académique sur l’innovation, ce classement place la France 3ème pays le plus représenté derrière les États-Unis et le Royaume-Uni et à égalité avec la Chine, tandis que l’université de Strasbourg s’affirme 16ème au niveau mondial et 1ère au niveau européen !

Quelles sont les synergies entre les différents programmes du PIA ?


Le PIA 3 a vocation à renforcer la valorisation en s’appuyant sur les constructions précédentes, c’est-à-dire la structuration réalisée via les précédents projets du PIA 2, avec le souci d’aller plus loin dans le transfert jusqu’à la post-maturation. Dans ce cadre, deux projets sont à l’étude.

 

Le premier propose la création d’un IHU axé autour des maladies auto-immunes.

Le deuxième projet a été déposé en réponse à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Territoire de Grande Ambition ». Il vise à développer de nouveaux modèles économiques et à renforcer les écosystèmes d’innovation locaux en y intégrant usagers et habitants.

Titré « Santé en mouvements, une ambition partagée », cet ambitieux projet doit répondre à des problématiques contemporaines comme la démultiplication des maladies chroniques, le vieillissement croissant des populations, la dématérialisation du système de soins et les problèmes environnementaux. L'objectif est de développer de nouveaux modèles sous le prisme de la prévention pour prévenir l’hospitalisation, les inégalités d’accès aux soins avec des populations hétérogènes en faisant du citoyen un acteur de soin.

Quelle est la place de l’Université de Strasbourg dans l’écosystème régional de l’innovation ?

L’université de Strasbourg est perçue par le monde socio-économique comme le 1er acteur économique tourné à l’international et comme un acteur majeur du développement économique régional.

 

La valorisation étant multiformes, notre action est globale et s’exerce dans différents domaines : le transfert de technologies, les services à haute valeur ajoutée, la formation de cadres, la formation continue, le recrutement pour les entreprises, le mécénat, la VAE, l’entrepreneuriat étudiant, ou encore la création de start-up.

 

En couvrant ces différents champs, l’Université de Strasbourg occupe bel et bien une place prépondérante dans l’écosystème régional de l’innovation : nous sommes le 2ème employeur du Bas-Rhin, nous diplômons environ 10 000 étudiants par an et nous nous positionnons 1er vivier de recrutement pour les entreprises de la région. Notre service de formation continue est le 1er organisme de formation continue de la région et notre réseau d’apprentissage s’avère extrêmement développé avec 1500 apprentis. Enfin, notre activité de valorisation a été multipliée par deux depuis la création de la SATT Conectus Alsace.

Cette culture de l’excellence en 3 mots ?

Créativité – Compétitivité – Persistance

Quel credo ?


La valorisation implique professionnalisme et expérience dans la gestion contractuelle et dans le suivi des projets. Mais développer des partenariats entre l’Université de Strasbourg et le monde socio-économique implique une connaissance réciproque de la recherche et des entreprises, c’est un point essentiel de la valorisation.

Une devise ?


Pour être dans le tempo de la vie de nos partenaires, l’agilité et la réactivité sont de rigueur.

 

Propos recueillis par Alice Ullmann