La Neustadt, vers une extension du label Unesco ?

Information importante

Cette actualité a été archivée. Les informations qui y figurent sont peut-être devenues obsolètes depuis sa publication. 

15/09/2016

Depuis 1972, l’Unesco classe, sous certaines conditions, les biens dits naturels ou culturels de grande importance pour l’héritage commun de l’humanité. En 2016, plus d’un millier de biens étaient ainsi inscrits au patrimoine mondial de l’humanité.

La liste de l’Unesco comprend des sites comme le pont du Gard ou les pyramides de Gizeh. Plus près de nous le centre-ville médiéval de Strasbourg est inscrit depuis 1988. Récemment la ville a choisi de continuer à valoriser son patrimoine urbain en déposant un dossier de candidature d’extension de la Grande Île auprès de l’Unesco. Ce dossier concerne la Neustadt, quartier construit pendant la période allemande de la capitale alsacienne (1871-1918), lorsque le Reich en fit une ville d’empire.

La partie de la Neustadt proposée au comité de l’Unesco, s’étend de la place de Haguenau en passant par la place de la République jusqu’au bout des jardins du Palais universitaire au boulevard Leblois.

Les laboratoires DynamE (Dynamiques européennes, Unistra-CNRS) et AMUP (Architecture, Morphologie/Morphogénèse Urbain et Projet, ENSAS) s’intéressent à ce label honorifique et à ce qu’il pourrait changer pour les habitants. Comment les Strasbourgeois perçoivent-ils le patrimoine de la ville où ils vivent, où ils travaillent ? L’enquête menée par les chercheuses s’intéresse au degré d’appropriation du patrimoine par les habitants et « usagers » de la ville. Quels rapports entretiennent-ils avec leur patrimoine ? Pas seulement avec les monuments classés institutionnellement, mais aussi avec l’immeuble dans lequel ils habitent, ceux devant lesquels ils passent, etc. Comment se situent-ils par rapport à ces lieux, ces constructions ? Quels rapports entretiennent-ils avec l’histoire de leur immeuble, de leur quartier, de leur ville ?

Cathy Blanc-Reibel mène une thèse de doctorat sur les « pratiques ordinaires » des habitants dans un contexte de patrimoine en cours d’institutionnalisation. Dans le cadre d’une recherche initiée par la ville de Strasbourg, en collaboration avec sa co-directrice Sandrine Glatron, chercheuse en géographie, elles ont élaboré un questionnaire. Il est soumis aux passants et aux visiteurs des journées européennes du patrimoine, afin de comprendre comment se construit et évolue leur rapport au patrimoine bâti. Les résultats de l’enquête seront connus en même temps que la décision du comité du patrimoine de l’Unesco en juin 2017 concernant l’extension du label à la Neustadt.

Fondation Université de Strasbourg
Investissements d'Avenir
Ligue européenne des universités de recherche (LERU)
EUCOR, Le Campus européen
CNRS
Inserm Grand Est
Logo HRS4R