Clémence Huckel, étudiante relais campus bien dans ses baskets

À 21 ans, Clémence mène de front sa troisième année de licence Sciences du langage et sa mission d’étudiante relais campus, rencontrant, écoutant, conseillant, orientant les étudiants en situation de mal-être. Témoignage.

Clémence Huckel

« C’est un ami, étudiant relais en cité u, qui m’a parlé de la mise en place du dispositif des étudiants relais campus (Erca) », explique celle qui se destine à une carrière dans l’enseignement. « Parce que j’aime la pédagogie, l’interaction, l’explication. » Le contact avec l’autre, aussi : en témoignent ses expériences de plusieurs années chez les scouts et dans un institut pour personnes handicapées.

Difficultés de toutes sortes

Au quotidien, les Erca font face à toutes sortes de situations : « difficultés de logement (certains sont à la rue), sexualité, contraception, erreurs d’orientation, isolement et solitude, troubles du comportement alimentaire, problèmes familiaux, addictions ». Parfois, c’est encore plus grave : « Une fille tapée par son copain. Une fois, un viol. Forcément, ça touche beaucoup. Et très égoïstement, ça me fait prendre de la distance sur ma propre vie, moi qui suis très impulsive : tout n’est pas perdu ! »

À chaque problème, une réponse adaptée

Clémence prend le temps d’écouter les étudiants qui se sont tournés vers elle, recherche l’interlocuteur le plus adapté vers lequel l’orienter. À force, les Erca se sont constitués un carnet d’adresses long comme le bras (associations, planning familial, services et dispositifs médico-sociaux), et s’échangent les informations utiles. Avec Yaye, Clémence, Erca depuis trois ans, est la plus ancienne du réseau. Elle oriente les étudiants isolés vers le site onvasortir.com, qui propose des sorties en groupe, les amicales et les activités sportives du Service universitaire d’activités physiques et sportives (Suaps).

Passer le relais

Quand la mission d’Erca pèse trop lourd, la psychologue du Camus est là pour prendre le relais : « Valérie Vaxelaire nous écoute, sans nous juger. On peut l’appeler et elle nous reçoit en entretien individuel, ainsi que tous les quinze jours avec les autres Erca. » Des séances d’échanges qui peuvent durer plus de quatre heures !

Distance nécessaire

Valérie Vaxelaire conseille aussi les Erca sur les limites à fixer, sans froisser ni culpabiliser. « Une fois, un garçon s’est trop attaché à moi. » Au fil du temps, Clémence s’est fixé des règles bien précises, qui ne sont pas forcément celles des autres Erca. Elle a aussi appris à cloisonner. « Je me suis beaucoup inspirée de la conduite de ma maman médecin qui, à l’adolescence, m’a donné rendez-vous comme à une patiente lambda pour me parler "trucs de femmes". »

Elsa Collobert

Information importante

Les étudiants relais campus : c’est quoi ?

Le Réseau des étudiants relais campus Esplanade (Rescue) compte six étudiants, garçons et filles, parlant français, anglais, allemand, espagnol, arabe, polonais. Recrutés par le Centre d’accueil médico-psychologique universitaire de Strasbourg (Camus) et le Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (Sumps), ils sont là pour aller à la rencontre des étudiants faisant face à des difficultés de tous ordres (idées noires, stress, angoisse, solitude, isolement, difficultés dans les études…), les écouter et les orienter vers les professionnels et les structures adaptés. En toute confidentialité. Les Erca sont rémunérés sur la base de cinq heures hebdomadaires payées au Smic.

Contacter les étudiants relais campus

Contacter Yaye Contacter Leila Contacter Clémence Contacter Mathieu Contacter Viktor Contacter Sara