L’Université de Strasbourg se mobilise pour l’accueil des réfugiés

L’Université de Strasbourg s’associe à la dynamique qui se crée dans la Ville de Strasbourg et qui fait écho à la volonté de la plupart des pays européens de ne pas rester muets et inactifs face à la tragique situation vécue par nos amis du Proche-Orient.

23/06/2017 : Poursuite du dispositif d’aide aux étudiants migrants

Face à la durabilité prévisible des crises migratoires, l’Université de Strasbourg poursuivra sa politique d’aide et de soutien aux étudiants-migrants, sans restriction d’aire géographique.

L’aide accordée aux étudiants migrants s’organise autour de deux grands piliers : exonération des droits d’inscription et accompagnement spécifique, notamment pour l’apprentissage du français (places supplémentaires en Français langue étrangère à l’Institut international d’études françaises - IIEF). L’université a ainsi accueilli dans ce dispositif 175 étudiants depuis 2015.

Pour l’année à venir, elle s’apprête à reconduire le dispositif, accompagné d’une réduction progressive des effectifs qui y sont admis, pour des raisons à la fois budgétaires et humaines (important surcroît d’activité pour l’IIEF). L’objectif est de passer à 80 bénéficiaires en 2017-2018, à 50 par an à compter de la rentrée 2018.

La nouveauté pour la rentrée 2017 est la mise en place d’un système de parrainage des migrants par les étudiants de leur composante de destination. Ils seront d’ailleurs autorisés à suivre des cours en auditeur libre dans ces composantes, parallèlement à leurs cours à l’IIEF. « Nous avons fait le constat que, pour la réussite de ces étudiants, il était important de leur permettre d'accéder rapidement à leur discipline d'étude », note Mathieu Schneider, vice-président Culture, sciences en société.

Procédure et conditions

Pour bénéficier de ce dispositif, il faut avoir le statut de demandeur d’asile, de refugié ou bénéficier de la protection subsidiaire. Il faut également avoir fait ses démarches pour l’obtention du statut de réfugié dans le Bas-Rhin. Les étudiants peuvent s’inscrire directement dans un diplôme de l’université si leur niveau de français le permet (vérifié par une procédure spécifique) ; soit s’inscrire à l’IIEF.

La procédure de candidature commence par une préinscription auprès du dispositif d’accueil de la Maison universitaire internationale par courriel. Après vérification de l’éligibilité de la demande, et du niveau de langue, l’étudiant passera un entretien portant sur son projet d’études ou projet professionnel. La notification de l’admission ou non-admission au candidat sera faite fin juillet.

En contrepartie de son admission sans frais d’inscription, l’étudiant sera soumis à une obligation d’assiduité de 80 %.

Contact

La priorité absolue, c’est de maitriser le français !

Laura est arrivée en avril 2015 à Strasbourg, avec sa famille. Ses parents, ses deux frères et elle-même ont quitté l’Albanie pour la France. Elle avait 18 ans et suivait une première année de chimie industrielle à l’Université de Tirana.

« Notre arrivée a été vraiment difficile. Je ne parlais pas du tout le français, juste l’anglais. J’ai mis du temps à trouver les bonnes personnes ressources, les lieux où on s’occuperait de moi. Ma priorité, c’était vraiment d’apprendre à parler français pour pouvoir reprendre mes études. »

C’est une famille syrienne qui a finalement dirigé Laura vers la Maison universitaire internationale et le dispositif d’accueil des étudiants-réfugiés. Comme elle remplissait les critères pour en bénéficier, elle a pu intégrer l’Institut international d’études françaises (IIEF) en janvier 2016 et suivre trois trimestres d’apprentissage du français, langue qu’elle commence vraiment à bien maîtriser. En septembre, Laura reprendra des études de Sciences sociales, car cela lui paraît plus accessible que les études de chimie en France. Même si son pays lui manque parfois, Laura est en train de reconstruire sa vie à Strasbourg.

17 mai 2016 : l'Université de Strasbourg reconduit son dispositif d'aide aux étudiants réfugiés

L’Université de Strasbourg a décidé de reconduire son dispositif spécifique d’aide et de formation des étudiants-réfugiés issus du Proche et du Moyen-Orient pour l’année universitaire 2016-2017. Elle répond ainsi à une situation politique et humaine particulière aux pays du Proche et du Moyen-Orient, qui oblige les populations de ces pays à fuir massivement devant la guerre et la répression.

Ce dispositif garantit, aux étudiants qui y sont éligibles, l’exonération des frais d’inscription pour l’année 2016-2017. Pour les étudiants ayant un niveau de langue française inférieur à C1, il prévoit l’ouverture de places spécifiques en DU de FLE (Français Langue Étrangère) et en DELF (Diplôme Élémentaire de Langue Française), niveau B2. Pour les autres étudiants, il autorise aussi l’inscription dans tout diplôme de l’Université de Strasbourg, à condition de répondre aux prérequis et conditions d’accès de ce diplôme.

Sont éligibles à ce dispositif les étudiants répondant aux trois critères suivants :

  1. Avoir le statut de réfugié ou pouvoir attester d’une demande en cours pour l’obtention de ce statut ;
  2. Être originaire d’un pays du Proche et du Moyen-Orient ;
  3. Avoir fait ses démarches pour l’obtention du statut de réfugié dans le Bas-Rhin.

La priorité sera donnée aux personnes arrivées récemment.

Au vu du nombre important de demandes reçues dans les derniers mois, l’Université a été obligée de mettre en place une commission qui sélectionnera les dossiers en fonction du nombre de places disponibles, du projet professionnel de l’étudiant et de sa motivation.

Les candidats devront faire une pré-inscription auprès de la Maison Universitaire Internationale (etudiantsrefugies@unistra.fr) avant le 31 mai 2016, délai de rigueur. Ils seront ensuite convoqués pour des entretiens individuels au courant du mois de juin. Une réponse leur sera donnée au plus tard dans la première quinzaine de juillet.

3 novembre 2015 : l’Université toujours solidaire

Depuis qu’elle a annoncé sa solidarité aux réfugiés en septembre dernier, l’Université de Strasbourg se mobilise. Elle accueille désormais plus d’une vingtaine d’étudiants-réfugiés qu’elle forme, dans la discipline de leur choix et principalement à l’apprentissage du français. Ces actions concrètes dans le cadre de ses missions sont déterminantes. Mais notre solidarité envers les populations actuellement contraintes de fuir leur pays doit aller encore plus loin. En tant que citoyens, nous tous, personnels ou étudiants, pouvons aussi agir individuellement pour les aider.

Concrètement, cela peut se faire par deux moyens :

Faites un don

La Fondation Université de Strasbourg a lancé un appel à dons pour soutenir les actions de notre université en faveur des réfugiés.

Comment ? Pour faire un don, c’est simple ! Remplissez le formulaire en ligne à l’adresse : 

http://campagne.unistra.fr/etudiants-syriens

 

Offrez du matériel scolaire aux enfants de Syrie

Notre université se propose de relayer le parrainage d’enfants syriens, lancé par l’association Alsace-Syrie. Cela consiste à faire parvenir à ces jeunes du matériel scolaire (voir document joint). Les membres de l’association se rendent régulièrement en Syrie où ils contribuent à mettre en place des « écoles », dans des conditions souvent précaires, permettant de maintenir un niveau d’éducation dans les zones les moins touchées par la guerre civile.

Comment ? Le service pour la promotion de l’action sociale (SPACS) et le service de la vie universitaire (SVU) ont accepté de relayer cette campagne de solidarité et ont mis en place des points de collecte :

  • Au SPACS des personnels, rue Goethe

  • Au centre sportif universitaire du service des sports (SUAPS), rue Gaspard Monge

  • Au SVU, au rez-de-chaussée du Patio ou au Platane

 

Notre implication en tant qu’établissement, fidèle à nos valeurs fondamentales, passe aussi par celle de chacune et chacun d’entre nous. 

13 octobre 2015 : un dispositif d’accueil opérationnel pour les étudiants réfugiés

L’Université de Strasbourg organise l’accueil et assure la formation des étudiants réfugiés arrivés en France depuis le 1er janvier 2015, particulièrement ceux venus de Syrie et d’Irak.

Ces étudiants peuvent bénéficier d’une exonération des droits d’inscription pour l’année universitaire 2015-2016, s’ils en font la demande auprès de la Direction des Études et de la Scolarité (contact : recham@unistra.fr). Ils doivent procéder à leur inscription selon la procédure prévue par la formation qu’ils ont choisie (www.unistra.fr).

Par ailleurs, l’Université de Strasbourg a mis en place un guichet à leur intention, pour toutes les questions relatives à la vie universitaire et à l’accès aux services sociaux (03 68 85 68 99 – svu-accueil@unistra.fr). Ce guichet se situe à la Maison Universitaire Internationale - 1 presqu'île Malraux - 67100 Strasbourg.

Enfin, elle leur propose deux parcours de français langue étrangère :

  • Pour les étudiants non francophones : une formation intensive en français pour l’année universitaire 2015-16, assurée par l’Institut International d’Études Françaises (contact : Mme Tettamanti - 03.68.85.60.59 ou 03.68.85.60.50 / tettamanti@unistra.fr) ;

  • Pour les étudiants ayant au moins un niveau B1 en français : inscription dans la filière de leur choix (l’inscription se fait dans la faculté à laquelle est rattachée le diplôme) et possibilité de suivre des cours de Français Langue Étrangère (FLE) en parallèle  (contact : Mme Tettamanti - 03.68.85.60.59 ou 03.68.85.60.50 / tettamanti@unistra.fr).

 

11 septembre 2015 : l’Université de Strasbourg crée une cellule de coordination pour l’accueil des réfugiés

L’Université de Strasbourg s’associe à la dynamique qui se crée dans la Ville de Strasbourg et qui fait écho à la volonté de la plupart des pays européens de ne pas rester muets et inactifs face à la tragique situation vécue par nos amis du Proche-Orient.

L’Université de Strasbourg fait actuellement sa rentrée. C’est donc dans une période particulièrement dense pour les enseignants et les personnels que l’université s’engage dans la limite de ses moyens humains et logistiques, à inscrire et à accompagner dans leurs cursus supérieur les enfants des familles de réfugiés qui auront été accueillis par la Ville de Strasbourg et qui sont en âge et en capacité de faire des études.

Dès le 11 septembre 2015, une cellule de coordination, placée sous la conduite du vice-président Sciences en société, Mathieu Schneider, sera activée. Elle sera chargée de faciliter les démarches des étudiants réfugiés dans les domaines suivants :

  • Inscription : les démarches des étudiants réfugiés seront facilitées le plus possible. A titre exceptionnel, ils seront exonérés des frais d’inscription pour cette année ;

  • Aide sociale : en lien avec les services du Centre régional des œuvres universitaires (Crous), les étudiants réfugiés recevront une aide sociale personnalisée. Leurs demandes seront rapidement traitées ;

  • Vie associative : les associations étudiantes œuvrant dans l’action sociale, la citoyenneté et la culture seront fortement incitées à s’associer à la démarche de l’université, soit pour monter des actions en direction de la communauté des réfugiés, soit pour intégrer les étudiants réfugiés à leurs activités. L’Université de Strasbourg émet le souhait que cela puisse se faire en lien avec les associations déjà présentes et actives sur le territoire de la ville ;

  • Apprentissage de la langue : l’accès aux cours de français langue étrangère sera facilité aux étudiants réfugiés afin de leur éviter un décrochage social et académique.

L’Université de Strasbourg a démontré par le passé qu’elle était engagée, aux côtés des acteurs politiques et sociaux, sur les sujets sociétaux et humains.

Sa solidarité s’était déjà manifestée auprès des victimes des séismes de Haïti et de l’Aquila ; elle s’est renouvelée auprès des étudiants syriens pour la délivrance de leurs titres de séjours par la préfecture. Sans oublier son engagement auprès de Pinar Selek, qu’elle vient d’engager sur un contrat postdoctoral afin de donner un cadre académique à ses recherches.

L’Université de Strasbourg répondra donc également présente pour inscrire et accompagner les étudiants réfugiés syriens dans leurs études supérieures. Il y a là, pour eux et leurs familles, un réel enjeu d’insertion. La ville les accueille ; l’université les forme. C’est sur ce principe que sera basée la participation active de l’Université de Strasbourg à l’élan citoyen initié par la Ville de Strasbourg.