Prix Louise Weiss - concours de littérature des étudiants

Edition 2017

« Europe » : 4e édition du concours de littérature étudiants

La 4e édition du concours de littérature des étudiants, le prix Louise Weiss 2017 est lancé sur le thème de l'Europe. Il est ouvert à trois formes d'écriture : la nouvelle, l'essai et le poème.

L’originalité de ce concours ? Il est réservé aux étudiants de l’Université de Strasbourg  qui sont à la fois participants, jury, auteurs et lecteurs. Ils sont invités dans un premier temps à produire un texte sur le thème de l'Europe. Seule contrainte : les textes de 15 000 signes doivent comporter au moins une référence à l’Université de Strasbourg. Ils font également partie du comité chargé de faire une première sélection de nouvelles. Et surtout, tous les étudiants auront la possibilité de voter pour leur texte préféré.

Un prix qui appartient aux étudiants

Fort du succès de l’année dernière, plus d’une centaine de nouvelles avant été envoyées, l’expérience est donc renouvelée et sera certainement comme les années précédentes révélatrices de talents.  Et comme la dernière édition l’a prouvée, une nouvelle fois ce ne sont pas seulement les étudiants en littérature qui sont attendus mais tous les étudiants ayant une pratique d’écriture personnelle tous domaines confondus.

Ce concours est organisé par l’Université de Strasbourg, en partenariat avec l’association Eurobabel et est en lien avec l’édition 2017 des « Rencontres Européennes de Littérature de Strasbourg ». Le dépôt des textes peut se faire jusqu’au 6 janvier 2017. La remise des prix se déroulera le 30 mars avec le parrain de l’édition de cette année, l'écrivain Jean-Yves Masson.

Touts les infos pratiques : prix-louiseweiss2017.unistra.fr

Edition 2016

« Blessure » : 3e édition du concours de littérature étudiants

La 3e édition du concours de littérature des étudiants, le prix Louise Weiss 2016 est lancé sur le thème de la blessure.

L’originalité de ce concours ? Il est réservé aux étudiants de l’Université de Strasbourg  qui sont à la fois participants, jury, auteurs et lecteurs. Ils sont invités dans un premier temps à produire un texte sur le thème de la blessure. Seule contrainte : les textes de 15 000 signes doivent comporter au moins une action se déroulant à l’Université de Strasbourg. Ils font également partie du comité chargé de faire une première sélection de nouvelles. Et surtout, tous les étudiants auront la possibilité de voter pour leur texte préféré.

Un prix qui appartient aux étudiants

Fort du succès de l’année dernière, plus d’une centaine de nouvelles avant été envoyées, l’expérience est donc renouvelée et sera certainement comme l’année précédente révélatrice de talents.  Et comme l’édition précédente l’a prouvée, une nouvelle fois ce ne sont pas seulement les étudiants en littérature qui sont attendus mais tous les étudiants ayant une pratique d’écriture personnelle tous domaines confondus.

Ce concours est organisé par l’Université de Strasbourg, en partenariat avec l’association Eurobabel et est en lien avec l’édition 2016 des « Rencontres Européennes de Littérature de Strasbourg ». Le dépôt des textes peut se faire jusqu’au 8 janvier 2016. La remise des prix se déroulera le 21 avril avec le parrain de l’édition de cette année, l'écrivain Yves Charnet.

 

Touts les infos pratiques : prix-louiseweiss2016.unistra.fr

Edition 2015

La cérémonie de remise du prix Louise-Weiss de l’Université de Strasbourg et du prix Jean-Arp de littérature francophone a eu lieu jeudi 16 avril au Collège doctoral européen. Une reconnaissance pour écrivains chevronnés et en devenir.

Les étudiants ont une nouvelle fois répondu en nombre à la proposition de ce concours de littérature étudiants. Pas moins de 156 textes ont été réceptionnés par le jury. Suite à une première sélection, dix textes ont été placés sur le site internet du prix Louise-Weiss pour être soumis aux votes des étudiants. Erika Bayard, étudiante en deuxième année de licence Humanités, remporte la première place avec son texte Thème et variation« J’ai toujours écrit et participer à ce prix a été l’occasion de montrer mon travail au delà de mes proches. Même si je suis pas sûre d’avoir une approche d’écrivain dans mon travail, je suis honorée de ce prix », confie-t-elle. Constance Malbois, étudiante en deuxième année du master Droit de la propriété intellectuelle, a obtenu le deuxième prix avec le texte Comment j’ai croqué la pomme« Jusqu’à présent, je n’avais jamais finalisé un texte, j’ai toujours écrit par fragment. Ce concours m’a donné le bonne impulsion pour aller jusqu’au bout d’un travail d’écriture. Et obtenir la reconnaissance des étudiants est une réelle fierté », explique cette jeune étudiante.

Les lauréates du Prix Louise-Weiss en compagnie de Mathieu Schneider, vice-président Sciences en société et Fatou Diome, marraine du concours

Passer le cap de partager des choses très personnelles

Le troisième prix revient à Svetlana Bourmaud, en deuxième année de licence Humanités, avec Les Enfants du boulevard« Je suis super contente et soulagée. J’ai effectivement longtemps hésité à participer. Passer le cap de partager des choses très personnelles, d’écrire ses émotions pour un lectorat large n’a pas été simple mais je ne regrette pas ce choix aujourd’hui », avoue-t-elle. Les sept autres étudiants présélectionnés par le jury ont également été primés et félicités par Mathieu Schneider, vice-président Sciences en société. Il a rappelé : « Ce concours organisé par l’Université de Strasbourg, en partenariat avec l’association Eurobabel, c’est avant tout la reconnaissance de talents littéraires, c’est également un moyen de les révéler et de les éditer dans un cadre professionnel. »
Si les nouvelles sont d’ores et déjà lisibles sur le site dédié au prix Louise-Weiss, elles seront également intégralement publiées dans un recueil par les Presses universitaires de Strasbourg, à la rentrée prochaine.
C’est Fatou Diome, écrivaine franco-sénégalaise et marraine, qui a remis les prix avec Matthieu Schneider : une dotation financière* pour les trois premiers et des lots culturels pour l’ensemble des étudiants primés. C’est avec émotion qu’elle a également soutenu ces jeunes écrivains avec ce message : « C’est la sincérité qui écrit, la talent se construit tout au long de la vie. »
Ce rendez-vous a aussi été l’occasion de décerner le prix Jean-Arp 2014 de littérature francophone à Jacques Abeille représenté par Frédéric Martin, directeur des éditions Le Tripode. 

 

Touts les informations sur le site du Prix Louise-Weiss : prix-louiseweiss2015.unistra.fr

Edition 2015

« Rencontre » : 2e édition du concours de littérature étudiants

La 2e édition du concours de littératures étudiants, le prix Louise Weiss 2015 est lancé sur le thème de la rencontre.

L’originalité de ce concours ?  Il est réservé aux étudiants de l’université de Strasbourg  qui sont à la fois participants, jury, écrivants et lecteurs. Ils sont invités dans un premier temps à produire un texte sur le thème de la rencontre. Seule contrainte : les textes de 15 000 signes doivent comporter au moins une action se déroulant à l’Université de Strasbourg. Ils font également partie du comité chargé de faire une première sélection de nouvelles. Et surtout tous les étudiants auront la possibilité de voter pour leur nouvelle préférée.

Un prix qui appartient aux étudiants

Fort du succès de l’année dernière, plus d’une centaine de nouvelles avant été envoyées, l’expérience est donc renouvelée et sera certainement comme l’année précédente révélatrice de talents.  Et comme l’édition précédente l’a prouvée, une nouvelle fois ce ne sont pas seulement les étudiants en littérature qui sont attendus mais tous les étudiants ayant une pratique d’écriture personnelle tous domaines confondus.

Ce concours est organisé par l’Université de Strasbourg, en partenariat avec l’association Eurobabel et est en lien avec l’édition 2015 des « Rencontres Européennes de Littérature de Strasbourg ». Le dépôt des textes peut se faire jusqu’au 23 janvier 2015. La remise des prix se déroulera le 16 avril avec la marraine de l’édition de cette année, Fatou Diome, écrivaine franco-sénégalaise.

 

Touts les infos pratiques : prix-louiseweiss2015.unistra.fr

Edition 2014

Le recueil de nouvelles « Résister », publié par les Presses universitaires de Strasbourg, réunit les six textes gagnants du premiers concours étudiant d’écriture organisé par l’université avec l’association Eurobabel dans le cadre des Rencontres européennes de littérature à Strasbourg.

« Résister », tel était le thème proposé pour la première édition du prix Louise-Weiss de littérature des étudiants de l’Université de Strasbourg. Il se décline ici sous les formes les plus inattendues, allant du récit réaliste à la nouvelle fantastique en passant par la prose poétique.

Préfacé par l’écrivain et cinéaste Philippe Claudel, le présent volume rassemble les six nouvelles les plus appréciées par un jury composé de l’ensemble des étudiants de l’université. Le lecteur y trouvera aussi bien la fraîcheur de l’imagination libre que le souci de « l’être vrai ». Ainsi que l’écrit Philippe Claudel : « Ces jeunes textes sont des aubes. »

Le recueil Résister est disponible dès à présent en librairie et sur le site www.lcdpu.fr, au prix de 9 euros.

Trois étudiantes de l’Université de Strasbourg ont été primées le jeudi 20 mars lors d’une cérémonie au Collège doctoral européen dans le cadre des neuvièmes Rencontres européennes de littérature de Strasbourg.

« Surprises », les trois étudiantes l’ont été lors de l’annonce des lauréats du prix Louise-Weiss, premier concours de littérature des étudiants de l’Université de Strasbourg. Marion Chatain, étudiante en 6e année de médecine, s’est vu remettre le premier prix pour sa nouvelle A l’endroit où elle résiste. « Je suis un peu sonnée, avoue-t-elle. Mais je suis très honorée que ma petite nouvelle se soit frayée un chemin jusque-là ! » Léa-Marie Grotzinger, étudiante à l’Institut d’études politiques (IEP) de Strasbourg, a, elle, reçu le 2e prix pour Ondes silencieuses. « C’était déjà super d’être dans les dix premiers mais alors dans les trois, c’est un immense bonheur ! », s’exclame-t-elle. Même émotion pour la troisième lauréate, Pauline Boireau, étudiante en médecine, pour son texte La physique ne passera pas. « J’ai du mal à y croire, je suis tellement heureuse que les mots me manquent. Je suis d’autant plus surprise que c’est le premier texte que je soumettais à un jury ! » Les trois jeunes filles ont reçu une dotation financière* et des lots culturels des mains d’Alain Beretz, président de l’Université de Strasbourg, et de Philippe Claudel, parrain de la première édition de ce concours de littérature.

 

Un recueil des six nouvelles distinguées bientôt édité

« Je n’ai pas eu la chance d’être parrain dans ma vie personnelle, je suis donc ravi que le prix Louise-Weiss me permette d’être celui de jeunes auteurs, a confié l’écrivain et cinéaste. Le premier texte que j’ai publié est un texte que j’avais écrit lorsque j’étais étudiant, je ressens donc cette émotion qui est la vôtre aujourd’hui. »

Trois autres étudiants ont également été distingués : Haïla Hessou, étudiante en double licence à la Faculté des lettres et à la Faculté des arts, a obtenu le 4e prix pour La peau de l’ours, Gauthier Delatron, étudiant à l’IEP, a reçu le 5e prix pour Mais le vert paradis et Marc Eynaud, étudiant à l’EM Strasbourg, a remporté le 6e prix pour Femme fatale. Un recueil de ses six nouvelles distinguées par le suffrage des étudiants sera bientôt édité aux Presses universitaires de Strasbourg.

Avec de gauche à droite : l’écrivain et cinéaste Philippe Claudel, parrain de la première édition de ce concours de littérature, Léa-Marie Grotzinger, étudiante à l’Institut d’études politiques de Strasbourg (2e prix), Marion Chatain, étudiante en médecine (1er prix),et Pauline Boireau, étudiante en médecine (3e prix)

Edouard Mehl, vice-président Sciences en société et porteur du prix Louise-Weiss, a profité de cette cérémonie pour rappeler que « ce prix a été fait par et pour les étudiants. Et être étudiant, ce n’est pas simplement suivre des cours, c’est aussi se cultiver, prendre le temps de développer ses talents ; il faut profiter de cette liberté offerte par le temps des études pour vous chercher et trouver un chemin vers vous-mêmes ».

Consultez les nouvelles sur le site Internet des Rencontres Européennes de Littérature à Strasbourg.

 

Le prix Jean-Arp remis à Marcel Cohen

La remise des prix a également été l’occasion pour Gabrielle Feyler, conservatrice du musée Louise-Weiss de Saverne, d’évoquer le parcours de femme de lettres et de femme engagée de Louise Weiss, « qui a toujours voulu montrer son implication dans la construction d’une Europe unie ».

Plus tôt, l’écrivain français Marcel Cohen s’est vu remettre le prix Jean-Arp de la littérature francophone par la représentante de la Direction régionale des affaires culturelles Alsace et Alain Beretz. Ce dernier a tenu à signifier son « honneur de distinguer une grande voix de la littérature francophone qui nous fait voir et vivre le monde autrement à travers ses œuvres ». Marcel Cohen  a plaisanté en se disant surpris que ce prix soit attribué « à un homme né aux portes de Paris dans une famille d’origine turque qui parle l’espagnol du 15e siècle » avant de remercier les différents acteurs pour cette récompense.

Floriane Andrey

*Ces sommes proviennent de l’Initiative d’excellence du programme Investissements d’avenir