Benjamin Belfort, enseignant-chercheur engagé dans les jurys de VAE

07/07/17

Benjamin Belfort est maître de conférences à l’IUT Louis-Pasteur de Schiltigheim, ainsi que chercheur au Laboratoire d'hydrologie et de géochimie de Strasbourg (UMR 7517). Et il a encore une troisième casquette au sein de l’université : il est engagé à plusieurs niveaux dans les jurys de VAE. Histoire singulière.

Certaines personnes ont un parcours, une position, un espace professionnel plutôt monolithique. Benjamin Belfort a adopté, au contraire, une triple position dans l’institution qui l’emploie. Après une thèse en hydrogéologie (en 2006 sur la modélisation des processus d’écoulement en milieux poreux), et différentes expériences d’enseignement comme moniteur ou ATER, il saisit l’opportunité de candidater sur un poste de maitre de conférences à l’IUT de Schiltigheim en DUT Génie industriel et maintenance. « L’IUT n’étant pas adossé à des laboratoires, il n’y a pas forcément de lien étroit entre la thématique de recherche et les disciplines enseignées », explique-t-il. C’est pourquoi, parallèlement, il poursuit son travail de chercheur au sein du Laboratoire d'Hydrologie et de Géochimie de Strasbourg (UMR7517).

Tout en continuant à enseigner à des étudiants en DUT, il participe activement à la création de la licence professionnelle Techniques avancées de maintenance. C’est un diplôme proposé en formation en alternance, qui le pousse à des contacts étroits et répétés avec le monde de l’entreprise, puisqu’il faut chercher des entreprises, et travailler avec des maîtres d’apprentissage pendant toute la durée de l’alternance de l’étudiant. « C’est par ce biais que j’ai découvert la VAE. J’étais interpellé par ces maîtres d’apprentissage qui me demandaient comment ils pouvaient obtenir un diplôme pour valider leur expérience. Certains avaient arrêté leurs études tôt et se trouvaient bloqués dans leur évolution professionnelle par l’absence de diplôme ».

Des rencontres passionnantes

Une fois identifié par le service de la VAE, Benjamin est sollicité pour intervenir dans les jurys qui étudient les demandes de validation. Il y assume plusieurs rôles différents selon les cas. Dans le cadre de la licence professionnelle Techniques avancées de maintenance, il suit des demandes comme accompagnant disciplinaire, issues de professionnels qui souhaitent valider ce diplôme ou encore, il est sollicité pour donner son avis comme enseignant des diplômes dans lesquels il intervient et auquel le candidat postule. Enfin, il est aussi président de jury, fonction qu’il peut assurer pour tous types de demandes, y compris celles qui ne sont pas du tout en lien avec ses compétences. « C’est intéressant aussi d’avoir le regard de quelqu’un qui ne connaît rien au sujet et pose au candidat des questions parfois anodines pour mieux comprendre », estime-t-il.

De ces trois fonctions, la première est assurément la plus engageante : suivre un candidat tout au long de sa démarche, en collaboration avec un conseiller du service VAE (qui assure l’accompagnement méthodologique) peut en effet être prenant. Quant à la fonction de président, elle est vraiment intéressante car elle permet de se plonger dans d’autres univers professionnels que le sien.

« De manière générale, ces fonctions en jury de VAE m’intéressent beaucoup. Elles me permettent des contacts avec le monde de l’entreprise qui me servent dans mon travail d’enseignant, pour sentir les évolutions du métier, pour trouver des stages pour mes étudiants ou trouver des intervenants. Globalement, je rencontre beaucoup de gens passionnants. C’est donc une activité gratifiante ».

Caroline Laplane