Des lycéens bien accompagnés sur leur chemin vers l’université

19/01/18

Tout au long de l’année, le pôle Lycéens d’Espace avenir coordonne les actions de liaison entre les lycées de l'académie de Strasbourg et l'université. Rencontre avec Magali Schaffner et Sarah Yactine, alors que se profile le temps fort lié à leur mission : les Journées des universités et des formations post-bac, les 1er et 2 février.

20 000 visiteurs prévus, des horaires étendus

On ne présente plus les « JU » (Journées des universités et des formations post-bac), passage obligé des lycéens dans leur parcours d’orientation, chaque année, au début du mois de février. 20 000 sont attendus au parc des expositions du Wacken. Ils y trouveront des réponses à leurs questions grâce aux interlocuteurs répartis sur plus de 130 stands liés aux formations post-bac d’Alsace et des environs : responsables de formations, professeurs, étudiants… « Les horaires du jeudi ont été étendus jusqu’à 20 h, explique Magali Schaffner, du pôle Lycéens d’Espace avenir, pour permettre aux parents de venir aussi se renseigner. »

Panachage

Au-delà de cette manifestation-phare pour la visibilité des formations de l’Université de Strasbourg, le pôle Lycéens d’Espace avenir est mobilisé toute l’année pour faire connaître l’établissement, ses spécificités et ses formations aux lycéens alsaciens. Magali Schaffner et Sarah Yactine coordonnent les actions de l’Unistra en direction de ses potentiels futurs étudiants. « À chaque rentrée universitaire, nous lançons un appel aux composantes pour déterminer les actions coordonnées en central auxquelles elles souhaitent participer durant l’année : interventions dans les lycées, immersions de lycéens à l’université… » Une grande latitude leur est laissée, leur permettant de panacher les actions. Une fois leur nombre et leur type déterminés, « référents en composante et en lycée en fixent les modalités pratiques ».

Interventions et immersions

En plus des incontournables forums et salons (JU, portes ouvertes), interventions dans les lycées et immersions à l’université sont privilégiées pour assurer la liaison entre secondaire et supérieur. « Les premières se déclinent en interventions générales, auprès de classes de 1ère, et spécifiques, ciblées sur des filières, à destination des Tles », explique Sarah Yactine. Alors que ces dernières sont assurées par des enseignants, les premières mettent face à la classe un binôme (intervenant Espace avenir ou enseignant de l'université et étudiant, photo), venu présenter l’université, la vie étudiante, etc.
Les immersions, elles, sont collectives (un professeur accompagné d’un groupe élèves intéressés) ou individuelles (un lycéen peut solliciter deux absences pour assister à un cours à l’université). Cours de découverte des études de santé, séquence d’un cours magistral en droit, travaux dirigés en IUT ou en licence Arts plastiques… Les possibilités sont nombreuses.
À noter qu’à la rentrée 2019, « nous disposerons d’une plateforme améliorée pour la programmation des immersions de lycéens », souligne Magali Schaffner.

Calendrier chamboulé

Avec la nouvelle offre de formation 2018-2022 et les réformes en cours, la mise à jour de la rubrique Lycéen du portail a été un vrai challenge pour le pôle. Les informations sont à présent en ligne, des renseignements et outils spécifiques étant mis à disposition des lycéens pour chaque licence (fiches conseils, vidéos et quiz).
La réforme de l’accès aux études post-bac intervenue cette année modifie un calendrier jusqu’à présent bien rodé. Pour Magali et Sarah, cela se traduit par « un surcroît de sollicitations des lycées pour des interventions en classe, car deux semaines dédiées à l’orientation doivent désormais être proposées ». De plus, l’échéance pour l'émission de vœux sur Parcoursup étant fixée au 13 mars, la date de la Journée portes ouvertes a été avancée du 17 mars au 17 février. Cela a des répercussions pour tous, composantes, services, et bien évidemment pour l’équipe d’Espace avenir, qui coordonne l’événement. En revanche, « comme Parcoursup ouvre le 15 janvier, la programmation des JU est dans la bonne fenêtre de tir ! »