Florian Frémont : une VAE pour passer du CAP au Bac+3

11/03/16

Grâce à la validation des acquis de l'expérience (VAE), Florian Frémont a décroché une Licence professionnelle en Génie civil et construction*. Une démarche personnelle qu'il a entreprise pour faire reconnaître ses quinze années de carrière dans le secteur du bâtiment.

Depuis trois ans Florian Frémont travaille comme conducteur d'opérations au sein de la Direction du patrimoine immobilier (DPI) de l'Université de Strasbourg. À l'interface entre l'établissement, les usagers et les différents prestataires, il veille au bon déroulement des chantiers de rénovation, restructuration ou maintenance du bâti existant. Compte tenu de l'envergure du patrimoine immobilier de l'université – pas moins de 600 000 m² –, les projets ne manquent pas.

Avant cela, Florian a suivi un parcours riche de nombreuses expériences. Il commence à travailler à l'âge de 17 ans avec un CAP de couvreur-zingueur en poche. Petit à petit il gravit les échelons. Pendant cinq ans il travaille pour le groupe Vinci comme conducteur de travaux sur les chantiers de monuments historiques. Il y acquiert une expertise dont il se sert aujourd'hui pour entretenir les bâtiments du campus historique.

Une démarche personnelle de reconnaissance

« C'était un souhait de ma part de faire cette VAE, de relever ce défi. Je suis allé chercher une reconnaissance des échelons que j'ai gravis. Cela montre qu’il est possible de commencer par un CAP et de décrocher un diplôme bac+3 », explique-t-il.

La procédure de VAE est un travail de longue haleine qu'il a mené d'octobre 2014 à novembre 2015 sur son temps libre, tout en bénéficiant de l'accompagnement d'une conseillère du service VAE. Ce suivi permanent constitue l'un des atouts de cette formule, mais pas le seul : « Le dispositif de VAE est très bien conçu car dès le départ on s'assure de la faisabilité de la démarche, pour éviter de l'entreprendre pour rien. Ce qui est très pratique à l'Université c'est qu'on dispose à la fois d'un service VAE très compétent et de formations universitaires. »

Ouvrir le champ des possibles

Comment a-t-il perçu cette procédure et quel bénéfice en a-t-il retiré ? « C'est une démarche constructive : il faut faire un gros bilan sur son profil professionnel, retracer 15 ans d'expériences. Dans mon cas c'était assez simple car mon parcours représente une suite logique. Ce qui est plus dur c'est la rédaction du dossier. Le document final représente 70 à 80 pages. L'intérêt c'est que la rédaction de ce dossier permet de se structurer professionnellement par rapport à son métier ».

La dernière étape pour valider l'obtention de son diplôme est la présentation de son dossier devant un jury composé de professionnels et de membres de la communauté universitaire. L'enjeu de cet oral n'est pas sans induire une certaine pression : « La présentation du dossier devant un jury représente 2h de stress alors qu'on a passé au moins 200h à plancher sur le document durant une année ! »

Les efforts de Florian ont été couronnés de succès au mois de novembre 2015. Cette réussite lui offre de nouvelles perspectives : « L'obtention de sa licence pro* en VAE permet d'ouvrir le champ des possibles : pouvoir candidater à des postes ou des concours d'ASI, d'ingénieur d'étude, ou bien faire valoir ce diplôme dans une entreprise privée ». Grâce à la VAE Florian bâtit sa carrière autant qu'il bâtit les locaux de l'unistra.

Edern Appéré

* Licence professionnelle en Génie civil et construction - Construction et aménagement : trinational