Des universitaires s'engagent dans le débat public

13/09/17

Le 18 septembre prochain à Strasbourg, un économiste de l’Université de Strasbourg et une juriste de l’Université de Haute-Alsace (UHA) organisent une conférence-débat sur la nouvelle « Loi travail ». Le premier rendez-vous d’un cycle de conférences sur des thèmes d’actualité dans le cadre d’un projet intitulé « L’Université en campagne… contre les idées reçues ! ».

Un acte militant

Le projet « L’Université en campagne… contre les idées reçues ! » est né en mai 2017 à l’initiative de deux enseignants chercheurs : Fleur Laronze, juriste spécialisée en droit du travail, à l’Université de Haute-Alsace et à l’Université de Strasbourg, et Philippe Gillig, économiste à l’Université de Strasbourg. Leur objectif : mobiliser des universitaires dans leur domaine de compétences pour répondre aux questions du grand public sur des thèmes d’actualité économiques et sociaux. « C’était un acte militant. Nous souhaitions que l’université joue son rôle de service public dans la diffusion des savoirs scientifiques. L’objectif était aussi de lutter contre les fake news », assure Fleur Laronze. Les deux enseignants-chercheurs prévoient d’organiser sept conférences, du 18 septembre 2017 au 1er septembre 2018, et peut-être davantage la deuxième année (jusqu’en décembre 2019). Dès le mois de juin 2017, le projet a obtenu un soutien financier de l'Initiative d’excellence (Idex).

En ville, à la campagne et dans les lycées

La première conférence du cycle s’intitule : « Nouvelle loi travail : progrès ou régression sociale ? » Parmi les questions abordées : quel lien entre ce projet de loi et la loi El Khomri ? Faut-il craindre la suppression de certains droits sociaux ? Dans quelle mesure peut-on espérer une relance économique favorable à l’emploi ? Cette conférence se tiendra le 18 septembre, à 18 h, à Strasbourg, au Centre socio-culturel du Fossé des treize, et sera animée par Pierre France, journaliste à Rue89Strasbourg. Sur ce même thème, une deuxième conférence se tiendra le 20 septembre, à 18 h, à Sélestat, à la salle Sainte-Barbe. Les deux conférenciers se déplaceront également le 2 octobre à Haguenau, dans une classe de Terminale ES. Le programme sera identique pour la suite : chaque conférence sera organisée en ville, à la campagne et dans un lycée.

Toucher des publics hétérogènes

Plusieurs conférences se tiendront à Strasbourg, mais dans des lieux différents comme le centre socio-culturel du Neuhof ou dans le quartier Hautepierre. « Nous voulons éviter des lieux trop homogènes. Notre objectif est de toucher des publics qui ne trouvent pas de réponses à leurs questions et ne pensaient pas même à l’existence de certaines questions », précise Fleur Laronze. Chaque conférence sera animée par une tierce personne, soit par un journaliste, soit par Fleur Laronze ou Philippe Gillig lorsque ceux-ci feront intervenir d’autres enseignants-chercheurs de l’Université de Strasbourg et de l’Université de Haute-Alsace.
Le prochain rendez-vous est fixé en novembre, sur le thème de l’Europe sociale. Puis, au premier semestre 2018 (en février ou mars), les deux conférenciers souhaitent aborder la situation des migrants. Ensuite, dans le souci de coller à l’actualité, le choix des thèmes n’a pas encore été arrêté. Si le public répond présent, Fleur Laronze et Philippe Gillig candidateront pour un nouveau financement Idex en 2019.

Julie Giorgi

ent">
v>
v>

p>

>

Moignalualith3>

e)">&r_de_rech,le de confé,ns du grand p! ».

p>>

>