Journée Fac verte à la Faculté des sciences économiques et de gestion : un événement engagé !

Les étudiantes organisatrices de la journée Fac verte, Myriam Preiss, Emilia Widmer et Anna-Lena Mohr.

07/02/18

Montrer qu’il est possible de faire des petits gestes au quotidien pour l’environnement, même lorsqu’on est étudiants, faire découvrir des associations responsables de Strasbourg, faire prendre conscience de l’importance du développement durable… Tant d’objectifs posés par Myriam Preiss, Emilia Widmer et Anna-Lena Mohr, étudiantes en Master 2 Management des Projets et des Organisations, afin d’allier leurs valeurs personnelles et leurs études.

Ce jeudi 8 février se déroule la 7e édition de la journée Fac verte, à la Faculté des sciences économiques et de gestion (FSEG) de l’Université de Strasbourg. Rendez-vous de 9 h à 14 h, en salle commune du Pôle européen de gestion et d'économie (niveau 1).

Dès 9 h, vous pourrez vous informer sur les initiatives vertes locales grâce aux stands tenus par les associations Bretz’Selle, Zéro déchets, ou encore Les Petits Débrouillards, tout en dégustant un petit-déjeuner bio grâce aux dons des partenaires (Jardins de Gaïa, Pur etc., Artisans du monde, Hop’la).
La matinée se poursuivra par un café-débat consacré à l’obsolescence programmée, ainsi que des ateliers do it yourself proposés par l'association étudiante Campus vert, pour apprendre à faire ses produits de beauté et ses produits d’entretien. Vous pourrez aussi assister à une conférence au sujet des emplois liés au développement durable dans la région.

Un évènement engagé

La journée Fac verte, organisée chaque année dans le cadre de l’Unité d’enseignement (UE) Projet collectif a obtenu le label de niveau 2 de l’association Eco-manifestation Alsace, en mettant en œuvre au moins 55 actions sur 100 de la Charte d’engagement des éco-manifestations.
Cet évènement, inscrit dans une démarche de développement durable, s'engage sur sept domaines d’actions proposés par la charte : la gestion globale, les déchets, la communication, l’alimentation, la sensibilisation, l’énergie et les déplacements. Par exemple les organisatrices ont pensé jusqu’aux assiettes et gobelets compostables pour montrer que les gestes du quotidien comptent. Comme dit Myriam Preiss, en matière de développement durable, « il y a des choses à faire, qu’on doit faire, et qu’on peut faire ».

Laura Christmann