Département d'études slaves

Le Département d’Etudes slaves de l’Université de Strasbourg est l'un des plus anciens de France. Créé en 1919, la même année que l’Institut d’Etudes slaves de Paris, il a compté parmi ses enseignants des slavistes célèbres, tels André Mazon, devenu par la suite professeur au Collège de France, Lucien Tesnières, qui a donné son nom au centre de recherches en linguistique de l’Université de Besançon, ou encore Boris Unbegaun, émigré russe déporté par les Nazis à Buchenwald, et qui, ayant survécu, enseigna après Strasbourg à Oxford et à l’Université de New-York. C’est à Boris Unbegaun que le Département doit de posséder une des bibliothèques de slavistique les plus riches de France. Comptant plusieurs milliers de volumes, cette bibliothèque présente la particularité de conserver de nombreux livres russes anciens, des 18e et 19e siècles, ainsi que nombre d’éditions de l’émigration, praguoise, berlinoise et parisienne. Cette collection est complétée par de riches collections savantes de la fin du 19e siècle, portant notamment sur l’archéologie de la Russie ancienne ou la philologie slave. Le fonds antérieur à 1917 est actuellement en cours d’informatisation.

Aujourd’hui, le département offre une large palette d’enseignement dans le domaine de la langue, la littérature et la civilisation des pays slaves. Outre l’enseignement complet du cursus Russe LLCE, de la Licence au Master, le département propose un DU de Russe, et des DU ou des initiations, sur trois ans, à la majeure partie des autres langues slaves, telles que le polonais, le tchèque, le slovaque, le serbo-croate et le bulgare. Le département est également prestataire de services auprès de la formation Langue et Interculturalité, de LEA, et ouvre ses enseignements aux non-spécialistes, notamment dans le cadre d’un partenariat avec SPIRAL.

Du point de vue de la recherche, les enseignants du Département sont rattachés au Groupe d’Etude Oriental, Slave et Néo-hellénique (EA 1340). Dans ce cadre, ils organisent des colloques ou journées d’étude dans le domaine des études slaves, et participent aux colloques communs pluridisciplinaires organisés par l’ensemble des collègues du Centre de recherche.