Conseils d'expert

Orientation-insertion : LA matière à inscrire dans votre emploi du temps !

Ne faites pas de l'orientation et de l'insertion professionnelle une source de stress mais gérez-les en toute sérénité…
Pour cela, le plus simple est de s'en préoccuper de façon précoce car il s'agit d'un processus évolutif, long et continu, qui doit s'inscrire en parallèle de vos études, à l'occasion d'un travail régulier, comme vous le faites pour vos cours.
Ces conseils peuvent paraitre tomber sous le sens, or nous constatons que, pris par les impératifs de travail personnel et de réussite aux examens, les étudiants traitent souvent ces questions trop tardivement et dans l'urgence.

Alors quelques conseils de bons sens :

  • réfléchir à son master bien avant la troisième année de licence
  • oser faire des stages volontaires
  • s'intéresser aux métiers et aux débouchés de votre filière
  • être curieux et venir se documenter à Espace Avenir
  • participer aussi souvent que possible aux évènements mis en place pour vous

Toutes ces démarches vous permettront d'adopter une attitude active vis-à-vis de votre parcours et de « tordre le cou » aux critiques souvent formulées par les professionnels, à savoir la méconnaissance du monde du travail par les étudiants.
Cela peut certes passer pour du travail supplémentaire, mais loin de vous faire perdre du temps, ces démarches vont vous en faire gagner.
Alors, si vous souhaitez discuter de tout cela avec un conseiller, vous savez désormais où aller.

Se réorienter, une opportunité ?

Vous êtes étudiant.e à l'Unistra et vous vous demandez si vous avez choisi la bonne formation ? N'attendez pas pour en discuter avec vos enseignants ou un conseiller d'Espace Avenir !
En vous y prenant le plus tôt possible, vous maximiserez vos chances de trouver une opportunité pour l'année en cours

Réorientation, décrochage, persévérance… de nombreux mots sont utilisés pour parler de la recherche par les étudiants d'une filière qui leur convient. Pas de langue de bois, énormément d'étudiants se posent des questions après quelques semaines passées à l'université… ou quelques années ! Un tel ne se sera pas suffisamment renseigné en amont sur le contenu de la filière, un autre se sera inscrit à l'université par défaut, ou encore découvrira sur le terrain que le « système fac » n'est pas pour lui. Changer de trajectoire fait partie de la vie de manière générale alors RESTEZ POSITIF et METTEZ-VOUS EN ACTION, pour faire de l'année en cours une année utile, que ce soit dans une formation ou un autre type d'expérience (service civique, césure, bénévolat, séjour à l'étranger…).

Saisissez cette occasion pour faire le point sur vos envies et découvrir de nouveaux horizons.
Si vous souhaitez vous réorienter dans l'année en cours, renseignez-vous sur les formations recrutant en décalé, comme par exemple certains DUT, venez découvrir les ressources mises à disposition sur les métiers et les formations dans le centre de ressources d'Espace Avenir ou sur ses outils en ligne Doc@venir et Web@venir.
Si vous avez besoin de reconstruire un projet, vous pouvez opter pour un accompagnement, par exemple en postulant au DU Tremplin ou au Parcours rebond (réunion d'information mardi 7 novembre 2017 de 12h à 13h à l'amphi 6 du Patio, campus Esplanade). Vous pouvez également rencontrer un conseiller d'Espace Avenir (sans rendez-vous).

Un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté.
Winston Churchill

Salons de recrutement : savoir tirer son épingle du jeu

Objectif : laisser une trace. Des entreprises interviewées sur France Info à l'occasion du salon 2017 Paris pour l'emploi affirment que ceux qui se présentent en ayant préparé leur venue sur le salon seront convoqués par la suite pour un entretien, à 90%.

L'avantage du salon de recrutement est, notamment, que vous pouvez rencontrer un grand nombre d'entreprises dans un espace lieu/temps optimum. L'astuce : cibler « vos » entreprises en fonction de vos objectifs d'insertion professionnelle sur des salons souvent généralistes. Il y a aussi des salons professionnels sectoriels (cf. Le guide des ressources emploi et le hors-série du MOCI Foires et salons France-Monde 2017 d'octobre 2016) qui vous permettent de cerner les entreprises en pointe dans leur secteur, de voir quelles innovations elles portent et ainsi mieux percevoir les tendances du marché.

Afin d'optimiser votre visite, n'hésitez pas à consulter les sites en ligne de ces salons. Voyez comment se présente l'entreprise, ses besoins, les valeurs qu'elle met en avant. N'oubliez pas que les TPE-PME, moins connues, peuvent offrir de belles opportunités de carrières aussi.

Adaptez votre présentation, rapide (1 à 3 minutes maximum), à chacune d'entre elles.

À cette occasion, les entreprises se constituent un vivier et souvent vous font un retour sur votre profil, en direct, d'où l'importance de bien vous préparer.

Laisser une trace, c'est aussi préparer un document à leur laisser sur le stand : une carte de visite avec les liens vers vos présentations publiques (Doyoubuzz, LinkedIn, Viadeo, …) ou un CV papier. On a pu vous demander de vous inscrire au préalable et, là aussi, un document bien pensé est déterminant pour donner aux entreprises l'envie de vous rencontrer. Faites-y apparaître vos mots-clés, ceux qui définissent au mieux votre projet (fonction, secteur d'activité, compétences-clés).

Dernier point : vous allez, grâce aux salons, développer aussi votre réseau ; une autre clé de la réussite dans votre recherche d’emploi. Tant sur les stands que dans les files d’attentes, présentez-vous. Voyez les autres profils présents. Échangez sur vos parcours de formation et d'expérience. Obtenez des coordonnées. Après le salon, prenez des nouvelles par courriel, pour savoir comment cela s'est passé pour chacun, et remerciez les entreprises que vous avez rencontrées. Rappelez ce que vous avez à offrir…

À noter : ces salons offrent souvent des opportunités de stages ou de contrats en alternance, pas seulement des offres d'emploi !

Si la DARES, dans son étude Comment les employeurs recrutent-ils leurs salariés ? (octobre 2017), montre que seules 12% des entreprises recourent à ce moyen pour recruter et que seulement 1% des recrutements sont réalisés par ce biais, il est bien connu que c’est l’exploitation de multiples canaux de recherche d’emploi qui permet de trouver un travail. Personne ne sait par avance celui qui sera le bon.

Conseils détaillés sur Apec.fr (vidéo), Pôle emploi (salons en ligne), Emploi-store.fr (le blog), Cadremploi.fr (se démarquer). Consultez aussi Web@venir (notice : Regard d’expert, le salon de recrutement) et Doc@venir (actualités, ouvrages, …).

Que faire après une licence ?

Cette question se pose à tout étudiant mais chacun l'aborde à sa façon et avec ses stratégies.
« je m'informe avant mon choix de licence », « j'ai choisi cette licence car la matière me plait et je débroussaille le terrain en 1ère année (grâce au module Projet personnel et professionnel) », « je verrai bien après, j'y penserai plus tard » ...


Voici quelques conseils méthodologiques valables pour toutes les licences et pour ne pas paniquer en fin de L3 :

  1. Je lis les documents de références sur ma licence : la fiche du CIDJ, la (ou les) brochure(s) Parcours de l'ONISEP (consultables en libre accès à Espace Avenir) par exemple
    Je consulte les sites destinés tout particulièrement aux étudiants :
    www.trouvermonmaster.gouv.fr
    www.onisep.fr

    diplodata.u-bourgogne.fr
    www.letudiant.fr
    www.cidj.com
    www.studyrama.com

  2. J'explore et approfondis mes idées métiers. Je peux par exemple utiliser le logiciel métiers Parcoureo : en libre accès à Espace Avenir, en utilisant l'entrée par mot-clé.

  3. Si je souhaite une professionnalisation rapide : en une année, après un bac+2, avec stage long et obligatoire, je pense aux licences professionnelles. J'explore les programmes des licences qui correspondent à mon domaine mais c'est aussi l'occasion d'ouvrir ma réflexion, certaines licences recrutant des profils très divers. En allant sur le site de chacune des universités qui les préparent ; je compare les objectifs affichés et les programmes. J'en sélectionne au moins 5 auxquelles postuler et je rencontre un conseiller pour me guider dans la rédaction du dossier de candidature.

  4. Si j'envisage un master, j'adopte la même démarche. Attention toutefois : master rime souvent avec poste à responsabilités, management humain et/ou management de projet. Est-ce bien mon envie ? mon profil ?
    L'entrée dans ces filières sélectives sera conditionnée à un bon dossier universitaire mais aussi à la maturité de votre projet professionnel. Les recherches documentaires que vous aurez faites, les salons et manifestations que vous aurez fréquentés, les professionnels que vous aurez interviewés seront autant de preuves de votre réflexion et de votre motivation aux yeux d'un jury. Et n'oubliez pas : il n'est jamais trop tôt pour entreprendre un stage, même d'observation, qui aidera à valider un projet et sera un plus indéniable dans un dossier de candidature.


Pour résumer, face à la multitude des possibilités, à l'indécision, à la peur de se tromper, aux idées reçues, au poids du milieu familial, un impératif : s'informer le plus tôt possible.

Les salons d'orientation : l'étape incontournable pour s'informer sur les études, consolider et valider son projet

Vous êtes étudiant.e, vous avez un choix à effectuer, un projet d'études à valider, des formations à comparer, vous voulez échanger avec des spécialistes… et peut-être même souhaitez-vous vous réorienter ? Les salons sont faits pour vous et ils se tiennent près de chez vous :

Ils permettent aux visiteurs de rencontrer des enseignants, des étudiants, des professionnels ainsi que des professionnels de l'orientation.
Mais comment bien utiliser ces événements pour bâtir son projet et tirer profit de sa visite ? Quelques conseils :

Tout d'abord, préparez votre visite :
On peut faire des rencontres très riches sur un salon, mais encore faut-il savoir vers quel stand se diriger et quelles questions poser. Pensez à visiter les sites internet de ces manifestations qui proposent la plupart du temps des outils pour vous préparer (ex : les fiches « fil d'Ariane » pour les J.U., la liste des exposants, etc…), vous repérer, et surtout gagner du temps une fois sur place.
En lien avec votre projet d'études, pensez à identifier les domaines professionnels, les établissements, les lycées, les écoles, les universités, les IUT… les différents types de formations (DUT, BTS, licence, master…) présents sur le salon qui pourraient vous intéresser.
Et surtout préparez vos questions ! Rappelez-vous qu'un salon vous permet avant tout d'échanger autour de votre projet pour vous faire avancer.

Une fois sur place :
Osez ! Trop d'étudiants n'osent pas poser leurs questions ou écoutent de manière passive la présentation des exposants sans approfondir. En l'occurrence, ne soyez pas timide : posez les questions qui vous préoccupent, parlez de votre parcours, échangez sur vos doutes et vos envies. Mais aussi sur le contenu de la formation, sur les pré- requis nécessaires, sur la sélection, sur les poursuites d'études, la mobilité internationale, les modalités de formation comme l'alternance, etc… Les stands sont souvent co-animés par un représentant de la formation et des étudiants c'est l'occasion pour vous de les questionner sur leur parcours, leur vécu et leurs difficultés éventuelles.

Et après :
La visite d'un salon n'est pas tout. Rendez-vous aux portes ouvertes des établissements découverts sur le salon, faites un stage…
Votre projet nécessite peut-être encore d'être mûri ? Pensez que pour vous aider à trier vos idées, les professionnels de l'orientation sont à votre écoute !