Les Equipements d'Excellence

Les projets EquipEx reposent sur l’utilisation d’équipements scientifiques de pointe structurants. Ces équipements pourront être accessibles à la communauté scientifique et aux industriels, en synergie avec d’autres opérations soutenues par le Programme Investissements d’Avenir (les EquipEx s’associant souvent à des projets de laboratoires d'excellence, d'institut de recherche technologique ou d'institut hospitalo-universitaire).

11 EquipEx dont 3 projets sur site et  8 autres en réseau:

CRITEX

Parc national d’équipements innovants pour l’étude spatiale et temporelle de la Zone Critique des Bassins Versants 

Projet en réseau

L’objectif de ce projet est de décrire le fonctionnement hydrologique, hydrogéologique et géochimique des bassins versants sélectionnés et représentant des contextes variés (roches, sols, végétation, climat, activités humaines, etc.) pour mieux comprendre les effets du changement climatique sur l'avenir de la planète. Le projet regroupe 21 laboratoires appartenant à quatre organismes de recherche nationaux et plus de vingt universités, dont l’Université de Strasbourg (Institut de Physique du Globe de Strasbourg) . CRITEX permettra la réalisation de mesures à des pas de temps adaptés à la dynamique des processus étudiés et sur des durées longues pouvant aller jusqu'à plusieurs années. La qualité des eaux de surface et souterraines pourra ainsi être étudiée en détail en relation avec les caractéristiques du milieu naturel et celles des activités humaines environnantes. Ce projet verra aussi la réalisation de développements métrologiques très originaux. CRITEX permettra de mieux comprendre comment les activités humaines et le changement climatique altèrent la qualité des eaux de surface et souterraines. Il contribuera par conséquent à une meilleure gestion de la ressource en eau dans des contextes variés. CRITEX permettra de renforcer les interactions entre la communauté scientifique travaillant dans le domaine et les réseaux européens et internationaux regroupant des dispositifs analogues à ceux suivis sur le territoire national.

Information importante

Référent du projet CRITEX pour l'Université de Strasbourg :

Marie-Claire Pierret-Neboit

ipierret@unistra.fr

DESIR

Désintégration, excitation et stockage d’ions Radioactifs

Projet en réseau

Impliquant l’Université de Strasbourg par l’Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien (IPHC),DESIR est un équipement de spectroscopie laser, qui permettra au sein de l'infrastructure SPIRAL2 du laboratoire GANIL de mener des expériences à basse énergie, permettant d'élargir les connaissances sur les principales propriétés de l'état fondamental de certains noyaux radioactifs, comme le mode de désintégration, la demi-vie, la masse, la charge, son rayon de charge et sa forme. Ces recherches trouveront des applications dans le domaine de l'imagerie médicale. L'installation de spectroscopie laser DESIR permettra d'étudier les propriétés statiques des noyaux dans leur état fondamental ou bien dans des états isométriques de durées de vie longues telles que leurs moments magnétique et quadripolaire, dont pourront être déduites la déformation ainsi que les propriétés quantiques. La production de radio-isotopes avec des durées de vie plus longues permettra leur transport et leur utilisation hors-site, par exemple pour des essais cliniques sur des humains en milieu hospitalier. SPIRAL2 doté de l'équipement DESIR apportera en effet une contribution majeure à l'imagerie clinique. Il permettra également d'accélérer la recherche préclinique en Radio Immunothérapie (RIT) ou la thérapie par Radionuclide combinée avec un récepteur peptidique (PRRT). L'implémentation de DESIR fera de SPIRAL2 l'installation la plus complète et innovante au monde pour l'étude de la structure nucléaire.

Information importante

Référent du projet DESIR pour l'Université de Strasbourg :

Philippe Dessagne

p.dessagne@unistra.fr

Equip@meso 

Logo Equip@Meso

Equipement d'excellence de calcul intensif de Mésocentres coordonnés

Projet en réseau

Le projet Equip@meso vise à offrir aux chercheurs s'appuyant sur la simulation numérique des moyens de calcul haute performance de pointe, permettant de s'attaquer aux défis scientifiques les plus ambitieux. Dans toutes les disciplines, disposer d'une puissance de calcul est une priorité stratégique. En effet, le calcul constitue parfois le principal outil de travail du chercheur, qu'il soit mathématicien, biologiste, chimiste, physicien, géologue, ... Le projet apporte une vraie plus-value, plus-value renforcée par des actions d'animation scientifiques (séminaires, formations, écoles technologiques). Enfin, le projet permettra aux chercheurs d'accéder encore plus facilement à supercalculateurs nationaux, voire européen ou mondiaux.

Information importante

Référent du projet Equip@meso pour l'université de Strasbourg :

Hervé Wozniak

herve.wozniak@astro.unistra.fr

FIT

LOGO FIT

Internet du Futur des Objets

Projet en réseau 

Ce projet a pour ambition de poser les jalons de l’Internet polymorphique qui s’annonce, en intégrant aussi bien des objets nomades que des infrastructures à grande échelle pour la distribution de contenus. Par nature distribué, FIT simplifiera, au moyen d’un portail unique, l’accès à une variété de technologies hétérogènes localisées de manière complémentaires sur différents sites où l’expertise est présente. Des outils de configuration, d’administration et de mesure communs sont associés à ce portail afin de faciliter les expérimentations.

Information importante

Référent du projet FIT pour l'Université de Strasbourg :

Thomas Noël

noel@unistra.fr

I2MC 

Optique Ultrarapide, Nanophotonique et Plasmonique

Projet porté par l'Université de Strasbourg

Il s’agit de permettre d’établir une plateforme expérimentale de type animalerie de haute technologie pour étudier en toute sécurité les maladies dont la transmission est assurée par les moustiques (Dengue, Chikungunya, Paludisme…). Les recherches porteront sur les mécanismes cellulaires et moléculaires gouvernant la transmission des maladies parasitaires ou virales aux mammifères. Cet insectarium de haute sécurité apportera aux chercheurs de l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire de Strasbourg une opportunité unique d’aborder les questions essentielles des interactions entre parasites et virus et leurs vecteurs, moustiques ou souris. Il permettra d’étudier la biologie cellulaire et moléculaire des interactions hôte-pathogène dans différents modèles et offrira aux chercheurs de l’Institut la possibilité de développer plus encore leurs recherches de niveau international en biologie infectieuse. Les moustiques représentent un enjeu majeur de santé en raison des maladies infectieuses qu’ils transmettent. Chaque année, près de 2 millions de personnes meurent de ces infections. Par exemple, environ 500 000 personnes par an, principalement des enfants et des nourrissons, sont hospitalisées, victimes de la Dengue, dont 20 000 en meurent. Les recherches qui seront développées grâce à la construction de cet insectarium permettront des avancées majeures dans la lutte contre ces maladies. Il n’existe actuellement pas de structure équivalente en Europe en termes de sécurité et de moyens disponibles pour étudier les interactions entre insectes vecteurs, pathogènes et vertébrés. Cet insectarium représentera donc un environnement unique pour développer des collaborations scientifiques nationales, européennes ou internationales. Il permettra également d’organiser des formations de haut niveau (doctorales ou postdoctorales) sur différents aspects cellulaires et moléculaires de la biologie de ces insectes.

Information importante

Porteur du projet I2MC :

Jean-Luc Imler

jl.imler@ibmc-cnrs.unistra.fr

MIGA

Antenne gravitationnelle basée sur l’interférométrie atomique

Projet en réseau

MIGA est un interferomètre pour l'observation du champ gravitationnel de la Terre. Il est constitué par la construction d'une infrastructure nouvelle permettant d'étudier les déformations de l'espace-temps et de la gravitation. En utilisant une nouvelle approche pour la mesure de ces contraintes, basée sur la mécanique quantique et les atomes froids, cette infrastructure permettra de mieux comprendre les variations du champ de gravité terrestre. Les applications du projet MIGA s'étendent de la surveillance de l'évolution du champ gravitationnel terrestre jusqu'à fournir un nouvel outil pour détecter les ondes gravitationnelles. En combinant la géophysique et la physique fondamentale dans une seule infrastructure, MIGA constitue une étape sans précédent dans la compréhension des phénomènes géophysiques et permettra à terme d'améliorer les détecteurs d'ondes gravitationnelles actuels et futurs. Les résultats de recherche trouveront des applications pour la surveillance de l'environnement améliorant les prédictions des aléas sismiques, l'anticipation sur leurs conséquences et les mesures à prendre dans le but de sauver des vies ou protéger des infrastructures critiques. MIGA sera la première étape pour un plus grand et plus ambitieux projet qui pourrait conduire à une future infrastructure européenne.

Information importante

Référent du projet MIGA pour l'Université de Strasbourg :

Yves Rogister

yves.rogister@unistra.fr

RESIF-CORE

Logo Resif

Réseau sismologique et géodésique français

Projet en réseau

RESIF-CORE dote la France d’un nouveau système d'instrumentation pour l'observation des déformations terrestres par la mise en place d'un réseau de capteurs géophysiques. L’ensemble des données acquises seront mises à disposition de la communauté via un unique service national de données et permettront de faire progresser notre  la connaissance des propriétés et de la dynamique de la Terre. RESIF-CORE est le noyau de l’Infrastructure de Recherche RESIF qui a pour ambition de transformer les installations françaises d'observation sismologique, géodésique et gravimétrique en l'un des dispositifs les plus denses d'Europe. Il permettra de mieux estimer l’aléa sismique en France métropolitaine et, de façon plus globale, de caractériser les zones de rupture potentielles de la croûte terrestre qui peuvent affecter le territoire national. RESIF contribuera également à une meilleure connaissance des structures géologiques profondes, élément essentiel à la compréhension de la géodynamique globale de notre planète et de ses déformations à différentes échelles de temps et d’espace. Enfin, RESIF possède le label de "Systèmes d’observation et d’expérimentation au long terme pour la recherche en environnement (SOERE)". L’EquipEx RESIF-CORE est porté par le CNRS et implique un réseau de 18 laboratoires et OSU dont l’Institut de Physique du Globe de Strasbourg - UMR7516 et l’Ecole et Observatoire des Sciences de la Terre.

Information importante

Référent du projet RESIF-CORE pour l'Université de Strasbourg :

Cécile Doubre

cecile.doubre@unistra.fr

Robotex 

logo Robotex

Plateformes robotiques d’excellence

Projet en réseau

Robotex vise à créer un réseau national de plateformes robotique pour faire émerger une infrastructure cohérente d’équipements techniques ainsi qu’une expertise scientifique et technologique associée afin de :

  • favoriser des actions de développement technologique s’appuyant sur des projets collaboratifs entre équipes scientifiques et techniques, des collaborations scientifiques et techniques entre les différents laboratoires, des actions conduites avec des objectifs de pérennité, de réutilisation et de cumul des compétences et savoir-faire.
  • faciliter l’acquisition de gros équipements et l’accès à ces équipements et à des terrains d’expérimentation
  • accroître la visibilité de la robotique française et son rayonnement international
  • accroitre la compétitivité de nos entreprises.

Information importante

Référent du projet Robotex pour l'Université de Strasbourg :

Michel De Mathelin

demathelin@unistra.fr

S3 (Super Séparateur Spectromètre)

Super Séparateur Spectromètre

Projet en réseau

Le projet EquipEx de Super Séparateur Spectromètre S3 est un projet d'excellence qui fédère deux communautés de physiciens. Il comprend un projet de physique nucléaire pour lequel S3 et son système de détection au plan focal SIRIUS sont en construction et le projet "FISIC" dédié à la physique atomique. Ce dernier rendra possible l'étude de l'interaction entre un faisceau rapide préparé par le séparateur de S3 et un faisceau lent injecté perpendiculairement à ce dernier, à la sortie du séparateur.

Les intensités de faisceau prévues pour l'accélérateur linéaire supraconducteur (LINAC) de l’installation SPIRAL2 au GANIL, combinées avec S3 ouvriront de nouveaux horizons à la physique nucléaire. Elles permettront l'étude de noyaux rares, loin des noyaux stables constituant les atomes de notre vie quotidienne. Il sera ainsi possible d'étudier les noyaux riches en protons autour de l'étain-100, de faire la spectroscopie des noyaux super-lourds et même la synthèse de certains des noyaux les plus lourds pouvant exister. 

Par ailleurs, ce projet est également lié à un second projet d'excellence, l'EquipEx DESIR, pour lequel S3 préparera des atomes rares à ré-accélérer et étudier.

L'Université de Strasbourg, au travers de l'IPHC, a en charge le management de SIRIUS, les détecteurs "tunnel" (siliciums sans fenêtre d'entrée de grande taille) et l'infrastructure de SIRIUS.
SIRIUS sera construit à Strasbourg avant d'être testé et complété par son électronique dans différents laboratoires et finalement installé auprès de S3 GANIL.

 

Information importante

Référent du projet S3 pour l'Université de Strasbourg :

Benoit Gall

gall@unistra.fr

Union 

Logo Union

Optique Ultrarapide, Nanophotonique et Plasmonique

Projet porté par l'Université de Strasbourg

L’objectif de ce projet est de développer une plateforme expérimentale dédiée aux études temporelles et spectrales de nanostructures magnétiques et plasmoniques. Les méthodes d’investigation sont la dynamique d’aimantation ultra-rapide induite par des impulsions laser femto et attosecondes ainsi que la nano-photonique à l’échelle sub-longueur d’onde.

Information importante

Porteur du projet Union :

Jean-Yves Bigot

bigot@unistra.fr

UTEM

Microscopie électronique ultrarapide en transmission

Projet porté par l'Université de Strasbourg

Ce projet repose sur l’utilisation d’un microscope électronique à transmission avec ultra-haute résolution temporelle pour étudier le comportement dynamique de nano-objets afin d'avoir une meilleure compréhension de leurs propriétés et de leurs applications potentielles dans le domaine de nouveaux matériaux. Cet instrument permettra de pouvoir s'engager sur de nouveaux projets scientifiques comme la dynamique des états quantiques dans les nanostructures, ou la dynamique des matériaux ferroélectriques, la dynamique structurale des biomolécules et études séquentielles des réactions chimiques ultrarapides, les commutateurs moléculaires dans des multimatériaux qui nécessitent à la fois une résolution spatiale nanométrique et une très haute résolution temporelle. La plateforme va permettre d'explorer et de mettre en évidence de nouvelles propriétés des matériaux nanométriques utilisées par exemple dans le domaine de la nanotechnologie (nouveaux dispositifs électroniques pour de nouvelles générations de capteurs ou de mémoires électroniques) ou dans le domaine de la biotechnologie. A ce jour, cette technique de pointe qu'est la microscopie électronique et optique ultrarapide est utilisée uniquement par trois équipes dans le monde, implantées aux Etats-Unis et en Suisse. Le microscope sera intégré dans le réseau national de microscopie électronique du CNRS (METSA), afin de permettre l’accès de la communauté scientifique française à cette technique.

Information importante

Porteur du projet UTEM :

Florian Banhart

florian.banhart@ipcms.unistra.fr